"Rien n’empêchera le début de l’école fondamentale", dixit Gahiru




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 13 septembre 2013  à 07 : 02 : 00
a

« L’école fondamentale commencera le 16 de ce mois. Les difficultés dans les préparatifs sont si minimes qu’elles ne sont pas de nature à faire reporter ce projet du gouvernement à plus tard » ce sont les propos de Rose Gahiru, ministre de l’éducation primaire et secondaire ce jeudi pendant une conférence de presse sur les préparatifs de l’école fondamentale.

Au cours de cette conférence de presse, la ministre a donné la position du gouvernement par rapport aux lacunes observées ici et là dans les préparatifs de ce projet. Rose Gahiru estime que ce programme vient corriger les imperfections que l’on observe depuis plus de 20 ans dans le système éducatif burundais. Désormais, les enfants pourront apprendre aussi à se servir des moyens à leurs dispositions tel le sable pour développer leurs pays.

Au moment où certaines écoles, notamment les séminaires et certaines écoles privées comme l’école SOS, se sont gardées de recevoir les élèves dans les classes de 7ème à cause de cette préparation à l’école fondamentale dont elles qualifient de lacunaires, la ministre de l’éducation primaire et secondaire a dit qu’elle ne savait pas que les séminaires ont pris cette distance cette année scolaire. Quant à l’école SOS ce sont plutôt des financements externes qui ont tari. Ceux-ci ont eu pour conséquence l’absence d’orientation cette année dans cette classe.

La ministre Rose Gahiru a indiqué que d’ici lundi les provinces sont en train de recevoir le matériel nécessaire comme les livres, les bancs pupitres, et autres.

Quant aux critiques selon les quelles les enseignants auront du mal à enseigner des disciplines dont ils n’auraient de connaissances nécessaires, Rose Gahiru estime que les enseignants D7 seront en mesure de dispenser les cours qui leurs seront attribuées dans cette nouvelle forme d’enseignement primaire.

« Nous reconnaissons cependant que le Swahili et l’anglais sont difficiles. Nous en sommes conscients c’est pourquoi ces disciplines n’ont pas une grande influence dans la réussite. Cette difficulté passera au fur et à mesure » a-t-elle souligné.

L’école fondamentale commence ce lundi. Ici et là dans le pays, les syndicalistes déplorent les lacunes dans les préparatifs. Les spécialistes en éducation ont déjà émis des inquiétudes sur l’absence de supports pédagogiques nécessaires pour débuter dan ce système au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

316 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent





Les plus populaires
Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 35 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 30 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 25 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 9 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 8 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 4 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 4 %)