Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 16 septembre 2013  à 08 : 03 : 15
a

Alors que l’école fondamentale commence ce lundi, Libérat Ntibashirakandi , estime qu’il aurait été sage pour le gouvernement du Burundi de commencer l’école fondamentale par la première année primaire pour que l’école produite des effets escomptés parmi les apprenants.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro ce dimanche, Ce professeur d’Universités en Belgique spécialisé dans les questions d’éducation salue l’engagement du pouvoir de Bujumbura dans le projet de l’école fondamentale. Il déplore cependant l’absence de moyens humains, matériels et autres qui caractérisent ce projet du gouvernement.

Pour lui, si le ministère de tutelle avait commencé ce projet la première année primaire, il allait avoir inéluctablement avoir six ans pour se préparer avec efficacité et corriger les imperfections se trameront dans ce système à savoir le manque d’enseignants à la hauteur des matières à dispenser, le maque de matériel didactique, et des locaux.

« La première commission qui avait proposée au ministre de l’éducation d’y aller lentement à commencer la première année a, hélas, été remercié », a encore souligné ce Dr en Mathématiques.

Même si, certaines organisations ont déjà déploré la détermination du gouvernement à y aller si vite avec ce programme, la ministre de tutelle Rose Gahiru a dit que les besoins pour le début de l’école fondamentales sont si minimes qu’il serait aberrent de reporter à plus tard ce programme du gouvernement.

Plus d’un prédisent en tous cas mult difficultés dans l’école qui commence ce lundi. Lors des questions orales à l’assemblée nationale, il y a quelques mois, Rose Gahiru avait signifié aux parlementaires « de ne pas être surpris si ici ou là à travers pays, une grève faisait parler d’elle ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

506 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 28 %)

Un orphelin cherche désesperemment 5.000 dollars américains pour son opération ,(popularité : 6 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 4 %)

Le Burundi parmi les prochaines victimes de la famine, parle un rapport ,(popularité : 4 %)

Gitega : Une fillette malformée attend beaucoup de vos gestes charitables,(popularité : 4 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 4 %)

Les journalistes burundais en marche avant le dernier jugement ,(popularité : 4 %)

Pénurie d’eau au chef-lieu de Cibitoke : risques des maladies des mains sales ,(popularité : 4 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 4 %)

Vers de nouvelles directives contre la Tuberculose au Burundi ,(popularité : 3 %)