Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 16 septembre 2013  à 08 : 03 : 15
a

Alors que l’école fondamentale commence ce lundi, Libérat Ntibashirakandi , estime qu’il aurait été sage pour le gouvernement du Burundi de commencer l’école fondamentale par la première année primaire pour que l’école produite des effets escomptés parmi les apprenants.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro ce dimanche, Ce professeur d’Universités en Belgique spécialisé dans les questions d’éducation salue l’engagement du pouvoir de Bujumbura dans le projet de l’école fondamentale. Il déplore cependant l’absence de moyens humains, matériels et autres qui caractérisent ce projet du gouvernement.

Pour lui, si le ministère de tutelle avait commencé ce projet la première année primaire, il allait avoir inéluctablement avoir six ans pour se préparer avec efficacité et corriger les imperfections se trameront dans ce système à savoir le manque d’enseignants à la hauteur des matières à dispenser, le maque de matériel didactique, et des locaux.

« La première commission qui avait proposée au ministre de l’éducation d’y aller lentement à commencer la première année a, hélas, été remercié », a encore souligné ce Dr en Mathématiques.

Même si, certaines organisations ont déjà déploré la détermination du gouvernement à y aller si vite avec ce programme, la ministre de tutelle Rose Gahiru a dit que les besoins pour le début de l’école fondamentales sont si minimes qu’il serait aberrent de reporter à plus tard ce programme du gouvernement.

Plus d’un prédisent en tous cas mult difficultés dans l’école qui commence ce lundi. Lors des questions orales à l’assemblée nationale, il y a quelques mois, Rose Gahiru avait signifié aux parlementaires « de ne pas être surpris si ici ou là à travers pays, une grève faisait parler d’elle ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

536 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 36 %)

Muyinga : halte à la démographie galopante,(popularité : 24 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 20 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 14 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 13 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 12 %)

34 % pour entrer au secondaire, le CONAPES s’inquiète ,(popularité : 12 %)

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante,(popularité : 8 %)

Les rescapés des massacres de Rukarama n’accèdent pas aux tombes des leurs ,(popularité : 8 %)

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?,(popularité : 8 %)