GPSB : Un quiproquo autour d’un scandale financier




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 20 septembre 2013  à 16 : 17 : 12
a

Le vice président du conseil d’administration de la société Global Port Services Burundi estime que le directeur général de cette société a été limogé dans ces fonctions parce qu’il avait été incapable de collaborer avec les autorités de ce pays pour mieux assurer ses responsabilités.

Eric Ngendakuriyo a en effet dit au cours d’une conférence de presse de ce jeudi dit qu’il n’est pas au courant d’une correspondance rédigée par les services de la présidence et dont pourtant le conseil d’administration a reçu une copie. Ce document stipule que la gestion de la société GPSB a été caractérisée par beaucoup d’irrégularités et de détournement économiques.

S’exprimant sur une série d’imperfections ayant émaillé pendant 9 mois la gestion de la société Global Port Services Burundi notamment l’absence du règlement d’ordre intérieur, le recrutement vaille que vaille du personnel et de l’absence de grille salariale, le vice président du conseil d’administration de la société Global Port Services Burundi estime qu’il y avait encore du temps pour corriger ces pratiques.

Visiblement le directeur général aurait été chassé du Burundi pour pouvoir probablement occulter la lumière sur les dossiers de malversations économiques qu’il aurait payé et dans lesquels seraient aussi impliqués certaines personnalités selon l’OLUCOME, Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques. « Certains disent que le directeur général de cette société aurait détourné plus de 410 millions. La société n’a rien perdu. L’homme a été chassé de ce poste tout simplement parce qu’il s’acquittait mal de cette obligation », a-t-il expliqué.

La société Global Port Services Burundi défraie la chronique ces derniers jours. La société civile et les services de la présidence crient à la mauvaise gestion de ce port. Mais les autorités directement impliquées dans la gestion ne l’entendent pas ainsi. Un quiproquo qui déconcerte dans tous les cas.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

610 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 11 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 4 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 3 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 3 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 3 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)