La croissance économique projetée à 4,8% en 2016




Par: Désiré Nimubona , vendredi 20 septembre 2013  à 15 : 02 : 00
a

La croissance économique du Burundi est projetée entre 4,5% et 4,8% entre 2014 et 2016, a souligné le Ministre des Finances et de la Planification Economique Tabu Abdallah Manirakiza.

S’exprimant à la fin d’un café entre les partenaires techniques et financiers du Burundi et le Gouvernement, ce vendredi, Manirakiza a souligné que la croissance projetée est relativement basse.

Les raisons, sont essentiellement externes au Burundi, a souligné le Ministre Manirakiza, qui ajoutait aussi que les efforts du Gouvernement vont se concentrer sur l’amortissement des chocs externes qui arrivent à déstabiliser la croissance économique.

Si la croissance est faible et que les recettes soient relativement basses, il y a moyens que ces recettes soient augmentées, bien que le chiffre attendu n’a pas été révélé.

En effet, avec le code minier actuellement sur la table de l’Assemblée Nationale, dont le vote est d’ailleurs prévu pour la prochaine rentrée, il y a la chance de voir les recettes augmentées et la croissance aussi, a expliqué le Ministre.

Les grains de sable dans les bottes de l’économie burundaise ne sont pas seulement le manque des taxes en provenance des minerais burundais, mais le Gouvernement pointe du doigt l’inflation instable de ces derniers jours. Ici, le Ministre se réjouis des réformes déjà entreprises en vue de la stabiliser.

Ainsi, a continué le patron des finances, il y a eu une vingtaine de reformes ces derniers années, qui ont même contribué au classement du pays parmi le « top ten des meilleurs réformateurs économiques dans le monde ».

En plus, l’inflation a été un peu stabilisée depuis l’an dernier. « L’inflation à 8,2% en mai 2013 contre un pic de 25% en mars 2012 est mieux maitrisée », dira Tabu Abdallah.

Bien maitrisée peut-être, mais, les dernières augmentations des prix du carburant fixés par le gouvernement lui-même il y a une semaine, n’augurent pas une stabilité de l’inflation burundaise, avait prédit, au début de cette semaine, le président de l’Association Burundaise des Consommateurs, Noel Nkurunziza (ABUCO).

Par ailleurs, entre Mai et Septembre cette année, des changements au niveau de l’inflation montrent déjà une augmentation.

Des chiffres de l’Institut des Statistiques et des Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU) plus récents, montrent déjà une instabilité de l’inflation. En juillet celle-ci avait déjà touchée 10,1%, et avoisine actuellement (aout) 10,4%.

Si le Burundi pleure de manquer quoi mettre dans ses coffres, le Ministre dit que le pays « a beaucoup de potentiels ».

African Economic Outlook (AEO) aussi le sait bien et dit que « le Burundi a d’abondantes ressources naturelles, spécialement les minerais et un énorme potentiel hydroélectrique. Le développement de ces deux derniers devrait en substance accroitre l’économie et la création des emplois ».

Actuellement, les mines burundaises, pourtant estimées être parmi les plus grandes de la région et du monde (cas du nickel), se trouvent pour le moment entre les mains des particuliers qui ne contribuent pas au développement du pays.

C’est ce qu’AEO dit en ces termes : « Pour le moment, le secteur minier se caractérise par l’extension d’un secteur minier qui se trouve entre les mains des individus et ce secteur n’a que des atouts [économiques, Ndlr] limités ».

Les causes de cette situation c’est la « longue guerre civile », une guerre qui a duré plus d’une décennie. En plus il y a aussi le manque des infrastructures, surtout énergétiques, qui empêchent l’exploitation des minerais burundais.

Cette organisation semble aussi donner un peu d’espoir quant à l’inflation, en la projetant à 5,8% à la fin de l’année 2014. Le Gouvernement lui a déjà le chiffre pour la fin de 2013. Selon le Ministre des Finances, « pour la fin 2013, l’inflation est projetée à 10,5%, un chiffre presque d’ailleurs déjà atteint si on se réfère aux chiffres de l’ISTEEBU déjà évoqués.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

420 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 4 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 2 %)

Vente des hypothèques : un autre tare dans le système bancaire Burundais,(popularité : 2 %)

L’Inde et le Burundi signent un mémorandum d’entente,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)

Les caféiculteurs appellent le Gouvernement à sauver le secteur café,(popularité : 2 %)

L’armée Burundaise, est elle capable de nourrir ses hommes ,(popularité : 2 %)

L’Agence Buundaise d’Investissement dresse un bilan positif et espère encore à un bon classement,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)