Les bourses d’excellence victimes des accords d’Arusha




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 28 septembre 2013  à 12 : 54 : 19
a

Certains élèves qui ont eu plus de 70% à l’examen d’Etat de l’année écoulée déplorent les deux poids deux mesures utilisés par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans l’octroi des bourses d’études.

Au cours d’une série d’interview que ces élèves ont accordé à la Radio Isanganiro ce vendredi, certains étudiants ont indiqué que les bourses d’études sont accordées en catimini. « J’avais eu 73 % à l’examen d’Etat. J’ai eu écho de certaines personnes qui ont bénéficié des bourses d’études alors qu’elles avaient eu à l’examen d’Etat une note inférieur à la mienne », a déploré l’un de ces élèves.

De la part de ces élèves, cette pratique risque de pousser les étudiants à reléguer à l’écart le courage intellectuel car désormais les fruits du mérite intellectuel seront écartés.

Denise Rukundo , Chef de service du Bureau des Bourses et Stages confirme effectivement cette pratique. Selon elle, c’est le contenu de la constitution burundaise qui est mis en avant pour statuer sur les cas de bourse d’étude d’excellence. En plus des critères de la note à l’examen d’Etat la province d’origine du candidat et l’ethnie et de genre sont aussi mis en avant dans le choix des candidats pour favoriser les équilibres voulus par Arusha, précise t- elle.

La réponse au sein du ministère de tutelle est telle au moment les équilibres dont il est question concernent uniquement les postes politiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

608 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Rumonge : L’ACPDH aux côtés des rapatriés et vulnérables du site Gahore,(popularité : 13 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 13 %)

Le centre d’assistance intégrale pour les victimes des violences sexuelles moins connu à Muyinga.,(popularité : 12 %)

Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans,(popularité : 12 %)

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie,(popularité : 11 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 11 %)

Muyinga : Des activités visant la fidélisation des démobilisés du CNDD-FDD en cours ,(popularité : 11 %)

Burundi : Les chiffres des personnes vivant avec handicap mental vont augmentant,(popularité : 11 %)

Désiré Niyondiko n’est plus, son épouse et son guide spirituel témoignent ,(popularité : 11 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 10 %)