Deux poids deux mesures au marché chez Sioni




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 30 septembre 2013  à 18 : 34 : 00
a

Près de 5 jours de fermetures des kiosques par l’Office Burundais des Recettes après, certains des commerçants de ce marché réclament aussi des sanctions pour les policiers et les agents de l’Office Burundais des Recettes qui auraient probablement reçu des pots de vin pour que les pagnes parviennent aux lieux de vente.

Au cours d’une interview que ces femmes ont accordée à la Radio Isanganiro ce lundi, elles crient contre les deux poids deux mesures. Certaines d’entre elles indiquent que leurs stands ont été fermés au moment où elles ne font pas le commerce des pagnes. D’autres indiquent qu’elles ne franchissent pas la frontière entre le Burundi et la République Démocratique du Congo depuis le 27 janvier 2013 quand le marché central de Bujumbura a pris feu à cause du manque de moyen.

Au-delà de ces imperfections, elles déplorent l’absence de sanction contre certains éléments de la police et de l’OBR qui auraient reçu des pots de vin pendant cette période. « Laissez moi posez la question à l’OBR : De la frontière entre le Burundi et la RDC au marché ici en passant par les quartiers l’OBR est toujours représenté. Où est ce que cette institution était pour empêcher que la situation ne dégénère. Quelles sont les mesures qu’elle a prises pour sanctionner les agents de la police et de l’OBR ? », A-t-elle souligné.

Ces plus de 200 kiosques sont fermées depuis vendredi de la semaine passée. Ces femmes interpellent le président de la république à voir la pauvreté dans laquelle se trouvent burundais et par là de les laisser continuer cette activité. « Nous avons des cas de personnes incapables de joindre les deux bouts du mois qui viennent nous demander 500 francs pour acheter du pain en familles. Je ne sais pas si le président de la république en est au courant mais sachez que la population à sa base se trouve dans une misère indescriptible », a-t-elle souligné.

Ces jérémiades ont lieu après que l’Office Burundais des Recettes ait décidé de fermer plus de 200 kiosques dans lesquels les femmes faisaient le commerce des pagnes sous prétextes que les propriétaires les auraient fait entrer au marché en fraudant.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

260 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message