Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 30 septembre 2013  à 18 : 45 : 00
a

« Nous demandons au gouvernement du Burundi de revoir sa politique de charroi zéro pour qu’elle réponde effectivement à réduction du train de vie de l’Etat », ce sont les propos de Gabriel Rufyiri ce lundi à propos des lacunes dans la politique de charroi zéro.

Au cours d’une conférence de presse, le président de l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques a indiqué qu’en 2010 le budget alloué au charroi de l’Etat était de près de 13 milliards, hélas aujourd’hui il avoisine à 29 milliards, a déploré ce défenseur des droits économiques.

Il a relevé les noms des autorités de ce pays notamment le chef de l’Etat, l’actuel président de la cour anti-corruption et d’autres ayant bénéficié d’autres véhicules en vertu de cette politique de charroi zéro, une dotation qu’il qualifie d’aubaine au regard du contexte économique précaire dans lequel se trouve le Burundi.

Gabriel Rufyiri parle aussi d’injustice dans la mise en place de cette politique. Certaines autorités de ce pays n’ont pas encore été bénéficiaires des véhicules au moment où d’autres en plus que prévus et surtout à bas prix et à crédit alors que le Burundi se trouve en difficultés financières, selon lui.

Au delà de ça, les indemnités kilométriques se chiffrent entre 400 et 600milles francs Bu. L’OLUCOME estime qu’il n’y a pas eu d’étude préalable de faisabilité de cette politique pour que cette somme aussi colossale soit déterminée. Cette organisation plaide pour la révision de cette politique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

310 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 9 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Taux d’intérêt bancaire, un casse-tête,(popularité : 2 %)

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité,(popularité : 2 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 2 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 2 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)