Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 30 septembre 2013  à 18 : 45 : 00
a

« Nous demandons au gouvernement du Burundi de revoir sa politique de charroi zéro pour qu’elle réponde effectivement à réduction du train de vie de l’Etat », ce sont les propos de Gabriel Rufyiri ce lundi à propos des lacunes dans la politique de charroi zéro.

Au cours d’une conférence de presse, le président de l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques a indiqué qu’en 2010 le budget alloué au charroi de l’Etat était de près de 13 milliards, hélas aujourd’hui il avoisine à 29 milliards, a déploré ce défenseur des droits économiques.

Il a relevé les noms des autorités de ce pays notamment le chef de l’Etat, l’actuel président de la cour anti-corruption et d’autres ayant bénéficié d’autres véhicules en vertu de cette politique de charroi zéro, une dotation qu’il qualifie d’aubaine au regard du contexte économique précaire dans lequel se trouve le Burundi.

Gabriel Rufyiri parle aussi d’injustice dans la mise en place de cette politique. Certaines autorités de ce pays n’ont pas encore été bénéficiaires des véhicules au moment où d’autres en plus que prévus et surtout à bas prix et à crédit alors que le Burundi se trouve en difficultés financières, selon lui.

Au delà de ça, les indemnités kilométriques se chiffrent entre 400 et 600milles francs Bu. L’OLUCOME estime qu’il n’y a pas eu d’étude préalable de faisabilité de cette politique pour que cette somme aussi colossale soit déterminée. Cette organisation plaide pour la révision de cette politique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

356 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 50 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 15 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 14 %)

Foire informatique : Les jeunes moins intéressés ,(popularité : 12 %)

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés,(popularité : 11 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 11 %)

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté,(popularité : 10 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 9 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 9 %)

Grognes des abonnés de la Regideso à Buyenzi,(popularité : 9 %)