Mabanda : Paralysie du conseil communal sur fond de mauvaise gouvernance




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 2 octobre 2013  à 15 : 05 : 12
a

Plus de 6 mois viennent de s’écouler, les membres du conseil communal de Mabanda refusent de s’asseoir ensemble pour débattre et décider sur des questions de ladite commune. En cause, 8 membres du CNDD-FDD dudit conseil ont décidé d’accorder à la commune le droit de collecter les recettes du marché de Mabanda sans consulter les autres membres du conseil communal provenant des autres partis politiques.

Au cours d’une interview que l’un des membres du conseil communal de Mabanda a accordé à la Radio Isanganiro, il a indiqué que le président du conseil communal et administrateur sur place à Mabanda se trouvent à la base de cette paralysie des activités du conseil communal vieille de plus de 6 mois.

Aujourd’hui, le conseil communal ne peut pas se rencontrer pour prendre des décisions parce que les 8 ne peuvent pas constituer un quorum pour décider du sort de la commune en matière de politique de développement. D’autres membres du conseil communal exigent l’annulation pure et simple de la décision qu’ils qualifient d’illégal avant de se rencontrer pour parler du développement de la commune.

Le président de la république avait donné un mois au gouverneur de la province pour que la question trouve une issue lors de sa récente visite dans cette commune dans la zone Kayogoro , sa parole reste toujours sans issue selon Pierre Musavyi, l’un des membres du conseil.

Ces membres du conseil communal déplorent aujourd’hui l’absence de transparence dans la gestion des recettes en provenance de ce marché.

« La société de gestion du marché de Mabanda collectait plus de 6 millions par mois. L’administrateur communal a dit que dans la caisse de la commune, il y a 742 milles dans la caisse après 3 mois de collectes des recettes. Nous estimons que le détournement des recettes est une triste réalité », a indiqué Pierre Musavyi.

la Société de Gestion du Marché de Mabanda a été empêché de continuer à percevoir les recettes de ce marché il y a plus de 6 mois sous prétexte qu’elle faisait mal cette activité, ce que contestent les concernés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

356 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 9 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 7 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 3 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 3 %)

Des projets de développement pour la province Bururi,(popularité : 3 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 3 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité,(popularité : 2 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 2 %)