Mabanda : Paralysie du conseil communal sur fond de mauvaise gouvernance




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 2 octobre 2013  à 15 : 05 : 12
a

Plus de 6 mois viennent de s’écouler, les membres du conseil communal de Mabanda refusent de s’asseoir ensemble pour débattre et décider sur des questions de ladite commune. En cause, 8 membres du CNDD-FDD dudit conseil ont décidé d’accorder à la commune le droit de collecter les recettes du marché de Mabanda sans consulter les autres membres du conseil communal provenant des autres partis politiques.

Au cours d’une interview que l’un des membres du conseil communal de Mabanda a accordé à la Radio Isanganiro, il a indiqué que le président du conseil communal et administrateur sur place à Mabanda se trouvent à la base de cette paralysie des activités du conseil communal vieille de plus de 6 mois.

Aujourd’hui, le conseil communal ne peut pas se rencontrer pour prendre des décisions parce que les 8 ne peuvent pas constituer un quorum pour décider du sort de la commune en matière de politique de développement. D’autres membres du conseil communal exigent l’annulation pure et simple de la décision qu’ils qualifient d’illégal avant de se rencontrer pour parler du développement de la commune.

Le président de la république avait donné un mois au gouverneur de la province pour que la question trouve une issue lors de sa récente visite dans cette commune dans la zone Kayogoro , sa parole reste toujours sans issue selon Pierre Musavyi, l’un des membres du conseil.

Ces membres du conseil communal déplorent aujourd’hui l’absence de transparence dans la gestion des recettes en provenance de ce marché.

« La société de gestion du marché de Mabanda collectait plus de 6 millions par mois. L’administrateur communal a dit que dans la caisse de la commune, il y a 742 milles dans la caisse après 3 mois de collectes des recettes. Nous estimons que le détournement des recettes est une triste réalité », a indiqué Pierre Musavyi.

la Société de Gestion du Marché de Mabanda a été empêché de continuer à percevoir les recettes de ce marché il y a plus de 6 mois sous prétexte qu’elle faisait mal cette activité, ce que contestent les concernés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

372 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 7 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 4 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 4 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 4 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 4 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 4 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 4 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)