Marché Chez Sioni : les commerçants se solidarisent avec les victimes de l’OBR




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 2 octobre 2013  à 15 : 02 : 20
a

En soutien à plus de 200 vendeurs de pagnes dont leurs stands ont été fermés par les agents de l’Office Burundais des Recettes, d’autres commerçants ont fermé leurs stands ce mardi. Ces commerçants estiment que d’ici peu ils risquent d’être victimes du sort de ces vendeuses de pagnes eux aussi. Elles conditionnent la reprise des activités avec l’ouverture des stands qui ont été fermés par l’OBR.

Pour ces femmes, l’OBR est en train d’utiliser deux poids deux mesures en fermant ces stands parce que si corruption il y avait eu effectivement, certains agents de l’Office Burundais des Recettes et des éléments de la police sont aussi probablement impliqués dans ces tricheries. ils s’étonnent pourquoi ces gens ne sont pas sous les verrous.

Le président de la Ligue Iteka , une association burundaise de défense des droits de l’homme, Joseph Ndayisaba, estime qu’il y a anguille sous roche au regard de la façon dont cette institution travaille. Selon lui, la grogne des commerçants existe au Burundi seulement au moment où les pays membres de l’Est African Community dont le Burundi fait partie sont censés être régis par les mêmes obligations fiscales.

Certains agents de l’OBR seraient corrompus selon ce défenseur des droits de l’homme. Pour lui, les commerçants devraient être sensibilisés sur la façon dont ils travaillent au lieu de recourir aux intimidations pendant la collecte des recettes.

Cette manière de faire constitue souvent une brèche pour la corruption de ces agents de l’OBR.

Les autorités de l’OBR disent de leur coté que jusqu’à présent les personnes corrompues existeraient dans cette institution. Elles demandent à ceux qui en seraient capables d’aviser l’OBR des probables cas .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

338 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !





Les plus populaires
Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 20 %)

L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique,(popularité : 4 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 4 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 4 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 4 %)

Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit,(popularité : 4 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

L’OLUCOME crie contre un nouveau projet de loi sur la TVA ,(popularité : 4 %)

La croissance économique projetée à 4,8% en 2016 ,(popularité : 4 %)

Comment accroitre la pauvreté au Burundi ,(popularité : 4 %)