Burundi : Les talents informatiques locaux méconnus




Par: Désiré Nimubona , mercredi 2 octobre 2013  à 13 : 45 : 58
a

La jeunesse est attirée par les outils de la communication et d’information au Burundi. C’est le constat du Dr. William Sahinguvu, qui, comme des dizaines de patrons d’entreprises des TIC, exposent depuis ce lundi leurs services dans une foire informatique.

« La majorité des visiteurs du stand de Bisnet s.a. sont des jeunes. On est en train d’expliquer chaque fois. On ne s’arrête pas » laisse savoir le professeur de la Faculté des Sciences de l’Ingénieur à l’Université du Burundi, Dr. Sahinguvu.

Selon lui, même les lauréats de cette faculté et des autres formés dans d’autres écoles n’ont rien à envier des autres lauréats des universités célèbres en ce qui des savoirs informatiques.

« Nous avons une jeunesse capable de faire des logiciels et qui ont été formés au Burundi » ; ajoute t-il avant de se montrer inquiet par le manque de déboucher de cette jeunesse attirée par l’informatique.
Par ailleurs, explique t-il, les informaticiens burundais sont à mesure de créer des logiciels que le pays a besoin.

« Les logiciels commandés à l’étranger peuvent aussi être fabriqués au Burundi » par ces mêmes informaticiens, demandant ainsi les entreprises et le Gouvernement « l’acceptabilité » des compétences informatiques apprises dans cette université nationale et autres institutions.

Dr. Sahinguvu trouve que le Gouvernement devrait investir beaucoup dans la jeunesse et dans les TIC. Au moment où le Rwanda fait des progrès dans ce domaine, le Burundi semble rester en arrière en ce qui est des lois régissant le métier d’un informaticien, déplore Sahinguvu.

Les informaticiens de Bisnet s.a. sont à mesure de beaucoup de choses informatiques, dit-il. Parmi ces informaticiens, il y a aussi des étudiants mais qui sont à mesure de lutter contre les cyber attaques, e qui savent les manipulations des codes informatiques, la programmation, et qui sont aussi imprégnés de l’éthique informatique.
Ce n’est pas tout ! Selon le professeur en même temps patron de Bisnet s.a., les informaticiens burundais, par leurs savoir faire, sont arrivés à transformer un téléphone mobile tactile en thermomètre capable de jouer le même rôle que l’appareil conçu uniquement pour ca.

Une loi des TIC absente

Selon cet expert des TIC, « la loi sur les technologies de l’information traine au parlement ». Selon lui, le projet de loi y relatif a été déposé au parlement depuis un certain temps, et aurait été retiré par le Ministère de tutelle et se retrouverait dans un tiroir du ministère.

Par ailleurs, Dr. Sahinguvu explique que ce projet de loi a été préparé sans tenir en considération des contributions des experts des TIC.
« Il faut associer les experts », dit Sahinguva qui croit que ce qui est fait sans eux est contre eux.

Selon cet ancien professeur de l’informatique au Rwanda et qui a décidé de venir au Burundi pour aider le pays à s’éveiller, il y a aussi manque de volonté politique de « promouvoir les compétences locales ». Un réveil gouvernemental est plus que nécessaire pour valoriser les créativités locales en informatiques que de chanter ce qui a été fait loin sans apparente différence avec les produits locaux.

Depuis ce 1er octobre 2013, une foire de l’Informatique et de la Technologie de Bujumbura se déroule au Palais des Arts et de la Culture de Bujumbura.

Durant toute une semaine, des entreprises évoluant dans le secteur des TIC exposeront leurs savoirs faire et leurs expérience.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

662 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 24 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 6 %)

Le Burundi sur le point de produire du pétrole,(popularité : 5 %)

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout,(popularité : 4 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 4 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 3 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une banque accusée de « spolier les commerçants »,(popularité : 3 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 2 %)