Un projet qui ne rassure pas les affiliés de l’INSS




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 3 octobre 2013  à 10 : 35 : 48
a

Le parti PTD Twungurunani déplore l’orientation de plus de 7 milliards de francs bu de l’Institut National de Sécurité Sociale dans le financement d’une entreprise de fabrication des jus.

Au cours d’une interview que Paul Nkunzimana a accordée à la Radio Isanganiro ce mercredi à propos de ce transfert des fonds de l’INSS vers l’entreprise AMANDA DRINKS, il a indiqué que ce transfert constitue un mal pour le Burundi parce qu’il prédit la privatisation de cette entreprise. Selon lui, une fois privatisée, l’INSS aura relégué à l’écart les droits sociaux des travailleurs et en particulier des retraités.

Paul Nkunzimana appelle les autorités de cette institution à abandonner ce projet qui ne vise qu’à écarter les avantages sociaux des affiliés de l’INSS.

« La politique de privatisation des entreprises ne vise qu’à accroitre la pauvreté des Burundais comme d’autres entreprises aujourd’hui privatisées » selon ce professeur d’université.

Face à cette situation, les premiers à décrier ce transfert des fonds de l’INSS vers AMANDA DRINKS sont les anciens militaires et policiers aujourd’hui en retraite.

Gervais Ntigwinyegeza , le président de l’Association des Retraités du Burundi et Amicale des Militaires en Non Activités revient sur une série de projets que l’INSS a mis sur pied a accouché d’une souris, causant ainsi trop de pertes au pays avant de demander ensuite aux affiliés de se mettre ensemble pour décrier ledit projet.

Selon lui, outre que l’Etat Burundais a une dette de plus de 11 milliards envers l’INSS, cette dernière a enregistré une perte estimée à 584 millions et 84 millions respectivement pendant la faillite de la Banque populaire et Merdian Bank et plus de 140miilions lors de la faillite des entreprises Verrundi et Sicom dans les années écoulées.

Selon ces retraités, le passé burundais ne nous aura pas servi de leçon si une fois ce transfert de fonds de l’INSS effectué.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

355 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 14 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 12 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 4 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 4 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 3 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 3 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 3 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 3 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)