LES CITOYENS ONT BESOIN DE MOYENS LÉGAUX POUR FAIRE FACE AUX REGIMES DE « NUISANCE » EN AFRIQUE DE L’EST




Par: Agence est-africaine de Presse , jeudi 3 octobre 2013  à 13 : 35 : 41
a

Article produit par Isaac Mwangi/Agence est-africaine de Presse

Arusha, 3 oct 2013 (EANA) – Les pays de l’Afrique de l’Est devraient adopter une législation qui puisse conférer les pouvoirs aux citoyens et leur faciliter à rappeler à l’ordre tout gouvernement qui devient une « nuisance » au peuple, a dit le collectif régional de la société civile.

Dans un communiqué percutant, le Forum est-africain des organisations de la société civile (EACSOF) a fait savoir que si le constitutionalisme n’est pas de mise, l’environnement opérationnel légal et politique sera de plus en plus cruel, emportant à merci les libertés fondamentales à travers des législations draconiennes, des droits des peuples bafoués et une sécurité humaine minée. « Il y a un besoin pressant de redéfinir l’ordre constitutionnel en Afrique de l’Est », dit le communiqué dont l’agence indépendante est-africaine (EANA) a reçu copie.

Le collectif dit que les signes de détérioration de la situation s’observe dans les nouvelles lois et campagnes gouvernementales. Il y a également des actions visant à limiter les pouvoirs, les droits et libertés des médias, des partis politiques, de la société civile, des universitaires et d’autres acteurs indépendants comme le parlement, le judiciaire, y compris la Cour pénale internationale.

« Il ya des morceaux odieux de législation garantissant à l’État le pouvoir de radier des ONGs perçues comme « nuisibles » au gouvernement. Au lieu d’un constitutionalisme qui renforce les citoyens à exercer un plein commandement sur le gouvernement, nous assistons à un renversement des pouvoirs : ceux-là qui devraient être commandés- le gouvernement- sont au contraire en train de commander les commandants » dit le communiqué.

Comme la souveraineté appartient au peuple, dit le communiqué, ceux dont les pouvoirs sont constitutionnellement limités-les institutions du gouvernements- ne doivent pas être légalement autorisés à changer ou supprimer ces limites à leur guise.

Ceci veut dire que les institutions gouvernementales comme le législatif et le judiciaire devraient être limités par des lois constitutionnelles. La souveraineté du peuple resterait par contre illimitée quant à son pouvoir de commander ceux-là qui le gouvernent selon la façon dont il veut être gouverné. Ainsi dans une démocratie constitutionnelle saine, les institutions du gouvernement doivent être subordonnées au peuple qui détient le pouvoir pour annuler l’autorité de leur gouvernement en cas de dépassement des limitations constitutionnelles.

« Malheureusement, dans certains États africains d’aujourd’hui, y compris certains de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), les relations de pouvoir entre le peuple et leurs gouvernements ont été renversées. La loi est la création du gouvernement et non du peuple. La législation est devenue plus une préoccupation de protéger la sécurité de l’État et la survie du régime aux dépens de la sécurité humaine, des droits et libertés fondamentaux. Les lois sont faites pour une opération à court terme, avec des intérêts égoïstes- mettant en place certaines lois contraires à l’éthique » lit le communiqué.

Le but d’une telle législation, selon le texte, est de rétrécir l’espace et les rôles joués par les organisations au service des citoyens. L’effet net devient ainsi une subversion au constitutionalisme.

L’EACSOF est membre Forum de politique de développement de l’Union Européenne, du Groupe de Travail technique de la Fondation du Commonwealth, du Centre pour la participation des citoyens au sein de l’Union Africaine, et du Comité de Dialogue consultatif de la Communauté de l’Afrique de l’Est.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

583 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Lancement officiel de la conception du passeport de la Communauté Est-Africaine au Burundi



a

Une délégation de l’EALA en visite au Burundi



a

EAC : les parlementaires burundais dénoncent la violation de la loi par l’EALA



a

EAC : ancien Procureur général du Rwanda, Martin Ngoga élu Président de l’EALA



a

EAC : Des cyclistes au service de l’unité et de la paix



a

Burundi /EAC : 6eme conférence sur la recherche scientifique en santé dans l’EAC



a

’’Le rapport de Benomar n’engage pas l’EAC", dit Libérât Mpfumukeko



a

Intégration au sein de l’EAC moins palpable pour les Burundais



a

L’EALA refuse la requête du parlement burundais



a

Les rwandais empêchés de traverser kanyaru haut





Les plus populaires
Lancement officiel de la conception du passeport de la Communauté Est-Africaine au Burundi,(popularité : 6 %)

BURUNDI/EAC : Climat malsain entre le Burundi et le secrétariat général,(popularité : 4 %)

Les présidents des parlements francophones, section Afrique dynamisent leur organisation ,(popularité : 2 %)

Kampala : Un burundais à la barbe étrange se fait arrêté en pleine messe ,(popularité : 2 %)

CAE-Bilan 2012 : Première dame Présidente de l’Assemblée législative et Nouveau siège,(popularité : 2 %)

Accord de financement de la société civile par Trade Mark East Africa de plus 125 milles $USD ,(popularité : 2 %)

L’EAC va envoyer des observateurs aux élections du Kenya à partir du mois prochain,(popularité : 2 %)

EAC : Un pied dedans, un pied dehors ,(popularité : 2 %)

L’adhésion du Sud Soudan et de la Somalie à la Communauté de l’Afrique de l’Est nécessite plus de consultations,(popularité : 2 %)

TMEA : Sept millions et demi pour promouvoir le commerce régional,(popularité : 2 %)