L’ADC-Ikibiri en tournée aux USA




Par: , vendredi 4 octobre 2013  à 08 : 41 : 14
a

« Qui vous a invités ? »

Qui finance votre visite aux USA ? », c’est la question qui a fait rigoler M. Bamvuginyumvira Frédéric, président de la délégation de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, ADC-IKIBIRI, quand celle-ci répondait aux questions de Burundais et quelques autres, dont des Américains qui étaient venus les écouter dans la salle Roma Auditorium de l’Université John Hopkins, en plein Washington, DC.

Ce jeudi 03 octobre, l’Alliance des Démocrates pour le Changements, ADC-IKIBIRI, exposait sa leur version des réalités politiques, sécuritaires, sociétales et économiques du Burundi, à la veille des élections de 2015.

« Nous étions a la Voix de l’Amérique ce jeudi matin, et a la question du journaliste concernant l’image du Burundi a l’étranger, nous n’avons pas oublier de mentionner la présence et le travail louable des militaires, policiers et autres experts Burundais en Somalie, en Côte d’Ivoire, en Haïti, au Mali, etc., mais la réponse a toutes ces difficultés de haut niveau appelées ‘Terrorisme’ ne viendra pas de ces Burundais, même si ceux-ci font l’honneur a leur pays, malgré ce que certains de leurs collègues font au pays », a complété Bamvuginyumvira aux autres inquiétudes liées a la sécurité et impliquant des Services de Renseignement, des policiers, des membres de l’administration, et des « Imbonerakura », disait-il, qu’il a qualifiés de « milices du cndd-fdd et soutenus par le haut sommet de l’Etat, le Président Nkurunziza »

Un Burundais proposait à l’ADC-IKIBIRI de se rappeler de leur propre nationalité et de parler du bien de leur pays partout où ils vont, et surtout de ne pas généraliser, donnant l’exemple des ‘Imbonerakure’ qui, par définition sont des jeunes du parti du cndd-fdd et non des miliciens », disait ce Burundais. Quelqu’un d’autre, un certain Pamphile Muderega fonctionnaire de l’Etat au Burundi, disant qu’il était de passage à Washington, avait abordé dans le même sens : « Le tableau que vous venez de brosser sur le Burundi est noir. Certainement il y a des défis, les conditions économiques sont encore à améliorer au Burundi, mais j’aurais bien aimé que l’on parle de choses positives aussi, tel le rapport plaçant le Burundi en deuxième position après le Rwanda, sur le plan de la lutte contre la corruption ». M. Gervais Niyongabo n’a pas tardé de répliquer, prenant l’exemple de ce rapport du « Doing Business », « Qu’on arrête de prendre le monde et les Burundais comme des abrutis. Ce rapport parle des avances de lutte contre la petite corruption et non la corruption au sens macro », invitant Muderega et l’assemblée à relire ce rapport.

Une diaspora doit être informée pour aider les leurs

« Dernièrement, un envoyé du Président Obama a dit que la situation au Burundi était exemplaire dans la sous-région », propos d’un jeune Burundais de la diaspora, à qui Bamvuginyumvira propose de savoir lire entre les lignes : « En général, aucun Gouvernement ne critique un autre ». Puis, après un petit silence, cet ancien Vice-président de la République d’ajouter, « Par exemple, c’est vrai que API a amélioré des dispositions légales pour encourager des investisseurs étrangers au Burundi. Mais où sont-ils ? Les voyez-vous ? Sur le plan sous régional, si nous avançons un développement économique basé sur des échanges locaux, et que le Président Nkurunziza boycotte ou, au pire, semble rejeté par ses pairs de l’EAC, où allons-nous ? Que répliquer si vous dites que le pays est en marche et qu’un Président de la République distribue des souliers ou du riz aux paysans de sa région natale. Est-ce un Président national dans un pays sans pauvreté, tel que le pouvoir l’avance ? Mes chers amis, nous rêvons ou quoi ? »

Sur le plan particulièrement sécuritaire, « Les pays voisins, comme d’ailleurs les USA et autres, ils savent ce qui se passe au pays. On n’a rien à leur apprendre. Nous n’avons plus qu’à retravailler notre image. Si le pays connait des cas d’insécurité, les pays voisins en subiront aussi. Et pour nous, chaque citoyen ou étranger maltraité ou tué, vous ne devez jamais parler de paix », mots de Marina, fixant Muderega.

Bamvuginyumvira reprend la parole pour ajouter, « On ne compare jamais la période de la guerre et celle où la population est tuée et maltraitée par ceux qui devraient la protéger. C’est ce que les Nations-Unies appellent ‘Exécutions extra-judiciaires’ »

Le Président Nkurunziza prendra-t-il un autre mandat ?

« D’habitude je ne parle pas longtemps, mais a-t-il dit, une seule fois qu’il allait se faire réélire ? », la question–remarque est posée par un Burundais de la diaspora. « Ecoutez », commence Bamvuginyumvira, « D’abord, cette idée est venue du cndd-fdd même. De deux, les Accords d’Arusha et la constitution sont clairs là-dessus ». Montrant deux doigts, il ajoute « Nkurunziza a prêté serment deux fois. Le serment n’a jamais changé de 2005, 2010 à aujourd’hui. Même place, Kigobe. Aux yeux des Burundais et amis du pays. Est-ce deux mandats ou pas ? Ce n’est pas qu’on ait peur de lui, et le problème n’est pas de rester au pouvoir, mais de violer la loi. Nous allons proposer, le moment venu, une personne qui nous représentera comme candidat unique aux échéances électorales de 2015. Et nous vous le garantissons, plus question de céder le pouvoir au seul cndd-fdd ».

A une autre question à propos de cette représentation de l’ACD-IKIBIRI aux USA, faisant suite à une invitation qui étaient parvenue à plusieurs des participants à cette conférence, laquelle annonçait « venez échanger avec vos compatriotes, en tant que Burundais vous-mêmes et non en tant que partisans d’une quelconque tendance politique au pays (…) », M. Bamvuginyumvira répondait : « Allez demander aux gens du cndd-fdd pourquoi ils ne nous invitent pas quand ils viennent vous rencontrer. Ce qui est sure, nous sommes des Burundais et avons de la force de construire notre chère nation à nous tous (...) Cela dit, ce que nous disons, c’est en tant que citoyens, mais aussi, en tant qu’opposants politiques ».

Pour répondre à la question qui a fait rigoler dans la salle, « Nous nous réjouissons qu’ici au-moins, nous pouvons jouir de nos droits à l’expression, de nos droits de réunion et de débattre, et heureusement que les dirigeants de différents pays, aujourd’hui, les Américains, ont compris et nous aient donné cette autorisation d’entrer dans leur pays et d’y rencontrer nos concitoyens et autres amis du Burundi ».

Cette délégation rencontrera d’autres Burundais dans d’autres régions des USA au cours des deux prochaines semaines.

Article envoyé par Audace Machado




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2355 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 8 %)

Projet de loi sur la CNTB : Le Sénat se joint à l’Assemblée Nationale ,(popularité : 3 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

CNDD-FDD : Plus qu’un meeting à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Président Nkurunziza promet à Ban Ki-Moon son engagement à un dialogue inclusif ,(popularité : 3 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 3 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)

Pour qui roule le forum national des femmes ? ,(popularité : 2 %)

Le Burundi favorable à l’indépendance du Kosovo ,(popularité : 2 %)