Le camp du premier vice président s’accroche




Par: Désiré Nimubona , lundi 7 octobre 2013  à 09 : 10 : 37
a

Le camp du Premier vice président de la République Terence Sinunguruza se dit surpris par « un communiqué lu dans les médias audiovisuels et émanant, semble t-il de la Direction du Parti Uprona, faisant état du retrait de confiance en cette personnalité » et demandant au président de la République de le remplacer.

Selon ce communiqué distribué dimanche soir dans les médias locaux et internationaux, l’actuel premier vice président ne s’accuse de rien. Au contraire, il charge le président du parti Uprona d’être plutôt l’handicap au rassemblement des membres de ce parti.

« (…) le communiqué indique que (…) le premier vice président de la république aurait entravé la démarche de rassemblement des Badasigana ! Or, le comité Central, dans sa réunion du 18 novembre 2012, à demandé à son bureau exécutif d’arrêter et mettre en œuvre les stratégies adéquates pour le rassemblement.

Le bureau exécutif étant présidé par le Président du parti, ce dernier ne peut raisonnablement se décharger de ses responsabilités au détriment de qui que ce soit », lit-on dans un communiqué du Cabinet du Premier Vice Président de la République.

Par ailleurs, le retrait de la confiance ne peut pas être effectif si l’accusé, c’est-à-dire Terence Sinunguruza, n’est pas coupable de « trahison du parti », « détournement des biens du parti ou du pays » et le « refus manifeste de collaborer avec les organes du parti au niveau national ».

Sinunguruza pointe du doigt trois personnes signataires de ce communiqué rendu publique ce samedi. Il s’agit en premier lieu du président du parti Charles Nditije, Son vice président Félix Mboneko et le secrétaire général du parti Gaston Sindimwo. Ces trois, sont selon lui, les artisans de la division interne des membres de ce parti.

Sinunguruza semble alors chercher du soutien dans ses fonctionnaires et autres membres de ce parti, autres que ceux qui sont mentionnés dans son communiqué.

Plus loin il dit : « (…) le premier Vice président de la République et son cabinet demandent aux organes du parti, au premier rang desquels se trouve le bureau exécutif du comité central littéralement contournés et méprisés par les trois membres de la direction du parti, de sortir de leur silence pour prendre l’affaire en mains et garantir la légalité au sein du parti ».

Le communiqué a été signé par le Chef de cabinet du Premier Vice Président de la République Anicet Niyongabo. Depuis tôt le matin de ce dimanche, il était impossible de joindre par téléphone le camp de Sinunguruza.

Des sources de ce cabinet disaient que les cadres de ce cabinet et son personnel étaient en réunion, une réunion qui s’est soldé par ce communiqué. Combien étaient-ils ? La réponse est difficile, mais Sinunguruza ne semble pas prêt à lâcher le gâteau aussi facilement.

Samedi, le président de ce parti a signé un communiqué annonçant le retrait de la confiance en la personne de Sinunguruza, représentant le parti de l’indépendance au Gouvernement de Nkurunziza.

Principal allié du parti présidentiel le Cnddfdd depuis 2005, aucun vice président issu de l’Uprona n’a jamais terminé ce mandat de cinq ans.

Les noms de Martin Nduwimana, Yves Sahinguvu et Terence Sinunguruza ont tous servi comme vice présidents de Nkurunziza depuis 2005.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

991 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 3 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 3 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 3 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 3 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 3 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 3 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 3 %)

Trois anciens présidents dénoncent l’absence de débat contradictoire pour une démocratie solide,(popularité : 3 %)

Rwasa rejette le contenu du rapport des experts des Nations Unies sur la RD Congo ,(popularité : 3 %)