Du sang sur les murs des permanences communales du CNDDFDD à Bujumbura




Par: Désiré Nimubona , mardi 8 octobre 2013  à 11 : 54 : 35
a

Des inconnus ont rependu du sang sur les murs des bureaux des permanences du parti présidentiel dans les communes urbaines de Rohero, Nyakabiga, Ngagara et Kinindo, selon notre constat sur place.

« Ce sont des malfaiteurs tout simplement et nous allons demander à la police de faire des enquêtes » annonce l’administrateur de la commune urbaine de Kinindo Christine Inakanyana, trouvée sur le lieu.

Selon elle, la commune qu’elle dirige connait une sécurité stable, depuis plusieurs années soulignant que la commune va « organiser dans les prochains jours une réunion des acteurs politiques œuvrant dans la commune de Kinindo » pour bannir « à jamais l’intolérance politique ».

Mbazumutima Edouard, président du Cnddfdd dans cette commune du sud de la ville qualifie cette situation de « provocation ».

« Ils veulent nous provoquer pour que nous soyons tentés à nous venger, mais nous ne le ferons pas », parle le patron du parti présidentiel à Kinindo lui aussi trouvé sur place.

Des objets utilisés dans cet acte sur cette maison abritant le bureau du parti au pouvoir ont été laissés devant ce bureau. Un gobelet vert, un petit bidon de 5 litres, de couleur jaune emballé dans un sachet noir ont été laissés devant la permanence du parti de NKurunziza.

Selon notre constat, le logo du parti initialement dessiné sur le mur de cette maison avait été couvert de sang.

Un veilleur des environs nous a confirmé qu’il n’a rien entendu lors au moment de cet acte.

L’opposition accusée

Le même constat est fait dans la commune urbaine de Nyakabiga, cette fois-ci au nord de la ville de Bujumbura. Là aussi, selon notre constat, le bureau de la permanence est couvert de sang. Selon le président de cette formation politique, les malfaiteurs seraient sans doute les opposants politiques.

« Ce sont les politiciens ayant les moyens de le faire. C’est une provocation » laisse entendre le président du Cnddfdd dans la commune de Ngagara Gaspard Nimubona.

Selon lui d’ailleurs, ce n’est pas la première fois que son parti est visé par les concurrents. Le 18 septembre, des drapeaux du parti avaient été volés par des inconnus et ils ont été trouvés ce matin suspendus sur des arbres, déchirés, portant même des dessins de croix.

Lors de notre passage, à Nyakabiga, Ngagara, et Kinindo, jeunes du parti au pouvoir étaient sur place, en compagnie de certains administratifs.

Les uns n’hésitaient pas d’ailleurs à se montrer hostiles aux médias. « Appelez la RPA aussi pour venir constater », lance un jeune se moquant de la visite des journalistes à Nyakabiga. « On nous a volé des drapeaux il y a trois semaines. On les a trouvé tout au long du Boulevard du 28 Novembre ce matin », continue le jeune visiblement fâché.

Mais aucun drapeau déchiré n’avait été vu au long de cette autoroute la plus pratiquée de la ville de Bujumbura lors de notre passage. Mais, des gens contactés sur place disent avoir vu des drapeaux déchirés près du Mess des Officiers, au niveau de la Maison de la Presse, à la Nonciature Apostolique et au niveau de la station Engen se trouvant à la jonction de l’Avenue du Saint Esprit et le Boulevard du 28 Novembre.

Un autre jeune a raconté aussi que l’ambassade de la Tanzanie au Burundi avait aussi été visée par ces actes. « Ils ont voulu dire au CCM [Parti au pouvoir en Tanzanie, Ndrl] qu’ils sont opposés à son soutien au parti au pouvoir », laisse-t-il entendre. Mais les services de sécurité de cette ambassade n’ont rien vu d’anormal cette nuit et aucune trace de sang n’avait été trouvée sur les murs de cette bâtisse sauf un drapeau du Cnddfdd trouvé près de cette Ambasade.

Fuite d’information ou non, le climat politique se détériore à la veille des élections politiques de 2015. Il y a quelques semaines, les leaders des partis de l’opposition burundaises avaient appelé leurs mouvements des jeunes à se défendre une fois attaqués par les jeunes du parti présidentiel dits « Imbonerakure ».

Récemment à Gihanga, deux groupes de jeunes affiliés respectivement au Mouvement de la Solidarité et de Démocratie (MSD) et du parti Conseil de Défense de la Démocratie-Front de Défense de la Démocratie (Cnddfdd) se sont affrontés alors qu’ils faisaient du sport. Le bilan livré est de 5 blessés.

A Kirundo, au nord du Burundi, les jeunes des partis Cnddfdd et ceux du parti Frodebu Nyakuri (de la Mouvance présidentielle) se sont affrontés, laissant aussi des blessés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1535 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message