Amanda drinks : le COSYBU met en garde l’INSS




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 9 octobre 2013  à 08 : 00 : 07
a

« Nous demandons au ministre de la ministre de la fonction publique de ne pas cautionner la décision de l’Institut National de Sécurité Sociale visant à engager l’argent des contribuables dans ce projet de fabrication des jus. A défaut de cela, nous allons demander aux concernés d’arrêter le travail », ce sont les propos du président du Confédération des Syndicats du Burundi ce mardi 8 octobre 2013 à propos de l’affectation de plus de 7 milliards de francs bu dans un projet de fabrication de jus d’ananas dénommé Amanda Drinks.

Tharcisse Gahungu, le président de la COSYBU s’est exprimé sur ce sujet qui défraie la chronique ces derniers jours. L’INSS a décidé d’affecter cette colossale somme d’argent dans ce projet sans que la mesure n’ait pas fait consensus au sein du conseil d’administration. Sur les 12 personnes qui composent ce conseil, 6 d’entre elles sont sorties de la salle de délibération pour exhiber leur désarroi par rapport à cette mesure. Les 6 qui restent ont été nommés par le gouvernement ont cautionné la proposition.

Cependant l’heure est aujourd’hui aux revendications chez les syndicalistes. Tharcisse Gahungu estime que les fonctionnaires n’entendent pas laisser la mesure être d’application. Comme arguments, l’INSS, d’expérience, a déjà enregistré de pertes énormes en s’écartant de sa mission principale qui est de promouvoir les valeurs sociales au sein des membres et non commerciales.

Ceux qui s’opposent à cette innovation estiment que dans le passé l’INSS a perdu beaucoup d’argent avec notamment l’effondrement de la banque populaire, Socam, et autres.

De la part de ces personnes, ce projet risque d’occulter plutôt la faillite de l’entreprise, raison pour laquelle elles demandent aux autorités de ce pays de revoir ce projet. Une étude sur la faisabilité a déjà conseillé aux autorités de ce pays de ne pas mettre en application la mesure.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

547 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 8 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 5 %)

Rumonge/ Problème de conservation du Mukeke suite au délestage électrique,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 2 %)

Burundi : Recul dans le classement en Indice de Développement Humain ,(popularité : 2 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Kyte Rachel promet que la B.M collaborera avec le Burundi pour le développement durable ,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)