Qui seraient les auteurs de la mauvaise gouvernance au Burundi ?




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 18 octobre 2013  à 14 : 51 : 34
a

Le parti UPD-Zigamibanga estime que la perception des recettes en violation de la loi, les scandales de corruptions autour de la concession du port de Bujumbura, les exercices physiques attribués à certains des jeunes imbonerakure, constituent certaines des tares dans la gouvernance politique et économique dont se rendent coupables les partis qui sont gouvernement à savoir l’UPRONA et le CNDD FDD.

Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce mercredi , le président de l’Union pour la Paix et le Développement, un parti de l’opposition politique burundaise et membre de l’Alliance pour la Paix et le Développement, ADC-Ikibiri, a relevé une série de manquement dans la gouvernance économique et politique au cours de ces trois derniers mois.

Pour Chauvineau Mugwengezo, la sécurité aura été relativement bonne ces trois derniers mois parce que personne n’a jusqu’ici revendiqué les attaques contrairement au trimestre passé. Hélas, les gestes des imbonerakure, gestes à travers lesquels ils tabassent les citoyens pour des mobiles politiques, laissent à désirer et ne prédisent pas du tout une bonne issue pour les élections de 2015.

« Aujourd’hui, nous n’entendons pas du tout leur laisser un champ libre pendant les élections de 2015 à l’instar de 2010 mais nous doutons aussi de la possibilité pour que ces élections aient lieu sans entraves » a-t-il souligné.

De la part Chauvineau Mugwengezo, une des entraves à la bonne gouvernance politique et économique au Burundi est bel bien le report aux calendes grecques de la feuille de route qui était fruit d’une médiation du Bureau des Nations Unies au Burundi entre les acteurs politiques burundais en mars2013.

L’UPRONA et le CNDD-FDD sont inéluctablement responsables des dérives de la mauvaise gouvernance actuelle selon cet opposant politique de Bujumbura.

Ce parti politique organise pour la première fois une conférence du genre au moment une organisation de la société civile appelée Observatoire de l’Action Gouvernementale fait sortir une étude relative à la gouvernance au cours de chaque trimestre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

448 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Sénatoriales en cours à travers le pays,(popularité : 5 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 5 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Un nouveau document de voyage dans la zone CEPGL bientôt en circulation,(popularité : 4 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 4 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte,(popularité : 2 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 2 %)