20 ans après, où est la justice ?




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 21 octobre 2013  à 08 : 30 : 21
a

« Ndadaye Melchior à l’époque président de la république du Burundi n’a pas été tué par uniquement deux personnes. Sur 92 personnes présumées accusées de ce coup d’Etat qui avaient été arrêtées, deux caporaux seulement sont en prisons », ce sont les propos de Léonce Ngendakumana, président du parti Frodebu qui regrette aujourd’hui de constater que 20 ans après la mort du héros de l’indépendance du Burundi la vérité dans la recherche de la justice reste sans issue.

Selon lui, il est difficile de comprendre pourquoi la justice burundaise ne donne pas la lumière sur cet homme qui a été tué dans un camp militaire.

Dans une interview qu’il accordée à la Radio Isanganiro ce dimanche, Léonce Ngendakumana a indiqué que l’espoir qu’ils avaient envers Bujumbura sur ce dossier des auteurs de la mort de Ndadaye Melchior et de ces proches collaborateurs dans la nuit la plus longue du 20 au 21 octobre a été reporté aux calendes grecques particulièrement avec l’arrivée du CNDD-FDD dans les institutions de l’Etat.

« Ça fait près de 13 ans que le parti Frodebu et les familles des victimes ont porté plainte au niveau de la cour suprême, mais le délai d’attente du déroulement du procès a déjà dépassé. Même six militaires qui devraient témoigner ont été libérés par le pouvoir politique de Bujumbura sous prétexte que ce procès sera entendu dans le cadre de la vérité et réconciliation », a-t-il souligné.

Ndadaye Melchior, 1er président burundais démocratiquement élu a été tué dans une tentative de coup d’état militaire pendant la nuit du 20 au 21 octobre 1993 par des éléments de l’armée de cette époque, considérée comme mono-ethnique. Ce coup a été suivi par une guerre civile, avec des motifs ethniques entre les burundais prenant le devant.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

583 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?,(popularité : 2 %)

Vers la mutation des administrateurs des communes urbaines ? ,(popularité : 2 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte,(popularité : 2 %)