Les dessous sur le financement de l’agriculture au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 22 octobre 2013  à 17 : 35 : 22
a

L’ONG locale Parole et Action pour le Réveil de la conscience et l’Education des Mentalités au Burundi estime que la mauvaise répartition du budget affecté dans secteur de l’agriculture se trouve à la base de l’insécurité alimentaire bien que ces 7 dernières années le pouvoir de Bujumbura n’ait pas cessé de revoir à la hausse le budget destiné au développement du secteur de l’agriculture et de l’élevage depuis 2005.

Au cours d’une conférence de presse que Faustin Ndikumana a animée ce mardi, il a déploré le fait que 92 % des agriculteurs burundais ne reçoivent pas des appuis financiers de la part du gouvernement selon une étude faite en 2012 sur l’accès au financement de l’agriculture et l’élevage. Le gros du budget est orienté dans le secteur de l’agriculture, certes , mais ce sont les fonctionnaires de l’Etat qui en profitent surtout ceux qui sont dans les superstructures selon Faustin Ndikumana.

La mauvaise gouvernance des fonds explique aussi cette crise alimentaire selon Faustin Ndikumana . « Le manque de transparence dans les marchés publics et l’absence d’études poussée pour développer ce secteur sont certaines des entraves de développement de ce secteur » a indiqué le président de la PARCEM.

Une des conséquences de cette situation est que plus de 60% de la population se trouve dans l’insécurité alimentaire. Au-delà de cette situation le fond ‘investissement agricole tarde de devenir une réalité parce que les politiques s’y immiscent alors que les bailleurs avaient musé plutôt dans sa professionnalisation.

Au moment où les burundais qualifient d’inédite le fait que l’argent ne parvient pas au Burundais estiment qu’il y a plutôt anguille sous roches. Selon eux aussi longtemps que les superstructures seront toujours beaucoup payées, le fond d’investissement ne deviendra jamais réalité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

575 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 17 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 6 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 5 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 5 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 5 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 5 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 5 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 5 %)

Burundi : Revenue National Moyen par Habitant estimé à 280 $ en 2013,(popularité : 5 %)

L’OBR bat son record dans la collecte des recettes en mars 2015 ,(popularité : 5 %)