L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 24 octobre 2013  à 15 : 33 : 12
a

Imelda Nzirorera , la directrice générale des droits de l’homme au ministère à la solidarité nationale estime que toutes les recommandations de la Commission des droits de l’Homme de Genève relatives à l’Evaluation Périodique Universelle ne seront pas totalement mises en œuvre par Bujumbura entre 2013 et 2016.

Au cours d’un atelier de sensibilisation des acteurs de la société civile, des politiques et des agents du Bureau des Nations Unies au Burundi sur l’Etat actuel de ces recommandations ce mercredi à Bujumbura, Imelda Nzirorera a indiqué que certaines de ces recommandations ne seront mises en applications parce qu’elles sont incompatibles avec les us et coutumes de ce pays notamment la légalisation de l’homosexualité.
D’autres recommandations ne seront pas mises en applications parce que le pays ne serait pas en mesure de répondre à ces recommandations en raison de la pauvreté dans laquelle se trouve le pays.

Au moment où la liberté d’expression est mise en cause par la nouvelle loi sur la presse récemment promulguée par le président de la république du Burundi, Imelda Nzirorera estime que le Burundi est en exemple en matière de reconnaissance de la liberté d’expression. "C’est une loi à la taille du pays’’ en vue d’empêcher que les dérapages éventuelles aient lieu selon ces termes.

Quant aux cas d’exécutions extrajudiciaires dont est imputable Bujumbura, Imelda Nzirorera a indiqué que l’infraction pénale est ut singuli c’est-à-dire personnelle. Pour elle, le Burundi ne peut en aucune façon reconnaitre qu’il y a eu des exécutions extrajudiciaires d’une part parce que la peine de mort a été abrogée dans le code pénal et d’autre part parce que cette infraction n’existe pas dans les textes juridiques.

L’EPU est une thématique chère aux défenseurs des droits de l’homme. Au Burundi, la société civile a pris le devant pour que Bujumbura soit aussi évalué par les Nations Unies en matière de reconnaissance des droits humains. La première évaluation a eu lieu en 2008 au siège de droits de l’homme de Genève.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

371 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Trois organisations plaident pour la libération du président de l’Aprodh,(popularité : 3 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 3 %)

Burundi : L’hémicycle de Kigobe remplace 3 commissaires de la CVR,(popularité : 3 %)

Troubles au sein de la prison centrale de Gitega,(popularité : 3 %)

La famille Kamatari crie à l’injustice,(popularité : 3 %)

Fidèle Nsengumukiza arrêté à la RPA ,(popularité : 3 %)

Congo : Un an près leur assassinat, toujours pas de justice selon HRW ,(popularité : 3 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)