‘’Busokoza doit refaire le serment’’, la Cour Constitutionnelle exige




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 24 octobre 2013  à 17 : 01 : 39
a

Le président de la Cour Constitutionnelle n’a pas usé d’une langue de bois : « Bernard Busokoza doit refaire son serment devant les corps constitués de manière solennelle parce qu’une erreur s’est glissée dans le premier serment mardi », ce sont les propos de Charles Ndagijimana (voir la photo), le président de la Cour Constitutionnelle ce jeudi.

Il a indiqué que Bernard Busokoza a commis une erreur fondamentale qui dépouille son serment de sa substance. Selon lui, au lieu de prêter serment en lisant mot à mot le contenu de l’article 127 de la constitution il s’en écarté en déclarant que le président de la république est le seul détenteur de la souveraineté nationale alors qu’au fond c’est le burundais qui en est détenteur.

Le président de la Cour Constitutionnelle ne précise pas quand ce serment aura lieu mais il estime que son entrée en fonction de manière effective devra nécessairement être conditionnée par la correction de ce serment raison pour laquelle cette cérémonie est prévue très prochainement. « D’ores et déjà les documents sur lesquels il aura apposés ses signatures seront sans effets aussi longtemps qu’il n’aura pas corrigé son serment » a-t-il souligné.

Bernard Busokoza a prêté serment mardi de cette semaine devant un parterre de diplomates, de députés et le président de la république du Burundi lui-même. Les médias burundais ont été les premiers à révéler l’inconstitutionnalité de son serment. Le professeur d’Universités Pascal Rwankara , un constitutionnaliste avait plaidé pour qu’il refasse son serment. Et voilà, la cour constitutionnelle vient de trancher en faveur de la constitution.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1029 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 39 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 27 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 24 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 23 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 20 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 20 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 20 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 20 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 19 %)

Des manifestations aux allures de violences ciblées ,(popularité : 19 %)