Les Commerçants des pagnes de Chez Siyoni doivent payer les taxes




Par: Désiré Nimubona , jeudi 24 octobre 2013  à 16 : 52 : 50
a

L’Office burundais des recettes (OBR) a souligné que les pagnes des commerçants du City Market sont gardés dans un endroit sûr en attendant que les propriétaires viennent les récupérer, après payement des taxes prévues par la loi.

S’exprimant dans un café de presse trimestriel organisé par l’OBR, ce jeudi à Bujumbura, le Commissaire à la Recherche à l’Office Burundais des Recettes, Gaudence Ndayizeye a expliqué que lors de la saisie opérée samedi dernier, « les pagnes saisis ont été bien conservés séparément, selon leur origine ».

Selon lui, les informations selon lesquelles l’OBR les aurait mélangés ne sont pas fondées et « chaque commerçant devra présenter des papiers attestant qu’il est le propriétaire du stand concerné avant de commencer les procédures de dédouanement ».

L’OBR qui s’est servi de la police pour saisir les pagnes des commerçants du City Market s’est montré inquiet par le refus de ces commerçants d’ouvrir les stands pour vérification par ses agents, accusant certains des commerçants d’avoir refusé le dialogue.

Le jour de la saisie de ses pagnes a été marqué par des cris des femmes commerçantes des pagnes qui se disaient sinistrées du feu du marché central de Bujumbura, qui a pris feu en date du 27 janvier 2013.

Les médias avaient aussi été sollicités à donner une bonne image de l’OBR après que les reportages de samedi dernier ont montré « une image négative de l’OBR », selon certains des agents de l’OBR trouvés dans ce café.

Samedi, depuis 7h du matin, les artères routières menant vers City Market étaient bouchés et personne, même les journalistes n’avait le droit d’y arriver pour voir ce qui se passait. Vers 7h 30 minutes, la police, les agents de l’OBR et certains autres agents recrutés par l’OBR ont défoncé les cadenas des stands des commerçants des pagnes et les ont mis dans des camions qui les ont transporté dans les places gardées par l’office pour obliger les commerçants à dédouaner ces marchandises.

Le conflit s’est déclaré, il y a à peine un mois. L’OBR qui venait de découvrir un réseau de trafic des pagnes venant du Congo, a exigé le payement des taxes des détenteurs de ces pagnes. Ceux-ci ne se sont pas exécutés accusant même certains agents de l’OBR de collaborer dans ce commerce illégal, en autorisant, après versement des pots de vin, l’entrée des pagnes en provenance du Congo.

Suite à la résistance opposée par les commerçants, surtout les femmes, des dizaines de ces femmes ont été arrêtées puis relâchées mais celles qui étaient irrégulières (venues du Congo) ont été refoulées du sol Burundais.

Le conflit perdure et les organisations des femmes de la société civile et des partis politiques se sont succédé pour dénoncer le caractère brutal de l’OBR dans la saisie des biens de ces commerçants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

226 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 4 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 4 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 2 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 2 %)