Air Burundi et les servies de la présidence dans les fraudes pour billets d’avions




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 30 octobre 2013  à 06 : 58 : 31
a

« Certains agents de la présidence de la république du Burundi et de Air Burundi ont travaillé en réseau pour voler les billets d’avion et 3 personnes d’entre elles sont déjà entre les mains de la justice », ce sont les propos d’Emmanuel Habimana, le directeur général de Air Burundi.

Au cours d’une conférence de presse de ce mardi sur le dossier de détournement de l’argent de l’Etat avec les billets d’avions dans lequel seraient impliquées les hautes autorités de l’Etat, Emmanuel Habimana a éclairé l’opinion sur ce dossier.

Il a indiqué que certaines personnes opéraient des magouilles dans la vente des billets d’avion depuis un certain temps raison pour laquelle la direction avait d’ailleurs choisi d’enquêter sur ces méandres.

Emmanuel Habimana s’est beaucoup plus attaché à prouver que les noms de ces personnalités ont été ajoutés à l’aide d’un stylo juste sans en avoir été avisées.

Pour le directeur général d’Air Burundi la justice est en train de faire son travail et la liste des personnes impliquées dans ces pratiques pourrait s’allonger avec le temps. Il n’a pas cependant précisé à combien d’argent se chiffrent les pertes enregistrées par cette entreprise étatique.

Au moment où le directeur général d’Air Burundi animait cette conférence de presse, d’autres personnalités de ce pays Pierre Nkurunziza s’insurgeait contre ce rapport rendu public par l’OLUCOME, l’Observatoire pour la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques.

Léonidas Hatungimana, porte parole de Pierre Nkurunziza a indiqué qu’au moment où dans ce rapport l’on indique qu’il avait été payé par l’Etat pour voyager en Inde l’année écoulée pour des raisons personnelles, il était plutôt en Allemagne. « Comment est ce que je pouvais être en deux endroit à la fois ? » a-t-il martelé.

Des sources dignes de fois indiquent que certaines autorités auraient souvent voyagé après s’être inscrit à l’aide d’un stylo, cette pratique aurait plutôt ouvert la porte à autant de magouilles. La direction générale a promis de pallier cette imperfection.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

759 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 4 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 4 %)

Révision Budgétaire : le rôle des deux chambres du parlement se cherche encore ,(popularité : 4 %)

OLUCOME : Un projet de loi sur la presse contre la tolérance zéro à la corruption ,(popularité : 4 %)

Anguille sous roche dans le commerce intra régional,(popularité : 4 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 4 %)

Révision budgétaire au mois de juin suite manque des recettes ,(popularité : 4 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 4 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 4 %)

Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 3 %)