Le projet d’abrogation de la constitution ouvrira la porte à la dictature




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 31 octobre 2013  à 17 : 23 : 08
a

« Les burundais ne vont pas se laisser conduire comme des moutons de Panurge. Ils ne vont pas accepter le retour d’un pouvoir aux relents d’une dictature puisqu’ils n’ont pas été consultés avant l’abrogation d’une constitution qui fut le fruit d’un dialogue de toutes les composantes du peuple burundais » ce sont les propos de Frédéric Bamvuginyumvira ce jeudi.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro sur le projet d’amendement de la constitution par le gouvernement , un projet aujourd’hui sur la table du parlement le vice président du parti Front pour la Démocratie au Burundi a dit que contrairement aux propos du Secrétaire du gouvernement tous les partenaires politiques n’ont pas été consultés dans ce projet qui fait objet de remous entre les acteurs politiques.

Selon Frédéric Bamvuginyumvira, à Kayanza lors de l’atelier des acteurs politiques en vue de préparer les élections de 2015, il a été question d’entente sur 42 points de préparations des élections mais pas de l’abrogation de la constitution. Les partenaires politiques pendant cette période s’étaient uniquement convenus de réviser uniquement le code électoral.

Même si certains de ces amendements étaient directement liés avec la constitution, le vice président du parti Front pour la Démocratie au Burundi estime que les politiques devraient certes s’entendre sur les amendements à apporter à la constitution mais après s’être convenus sur le bilan des Accords d’ARUSHA par à l’Etat de lieux de la gouvernance politique, économiques et autres.

Aujourd’hui le vice président du parti Front pour la Démocratie au Burundi déplore que le parti au pouvoir soit allé plus vite en abrogeant la constitution. Sans plus de précisions, Fréderic Bamvuginyumvira a indiqué qu’ils ne vont pas cautionner les innovations contenues dans ce projet de loi qui abroge la démocratie de consensus au Burundi.

Le gouvernement du Burundi a apporté une série de modification dans ce projet de loi sur la constitution. Le fond de ces innovations n’a pas encore été connu du public. Même le porte parole du gouvernement a refusé d’entrer dans le fond au micro de la Radio Isanganiro.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

600 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le président somalien en visite au Burundi



a

Bujumbura regrette des sanctions prises à son encontre



a

Le Burundi gagne un palais présidentiel



a

Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL



a

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa



a

Le facilitateur Mkapa jette officiellement l’éponge



a

Freddy Mbonimba, le maire contre les chambres de prières dispersées



a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"





Les plus populaires
La société civile appelle à une grève pacifique en restant dans les ménages,(popularité : 61 %)

Bujumbura regrette des sanctions prises à son encontre,(popularité : 49 %)

Le président somalien en visite au Burundi ,(popularité : 41 %)

Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL,(popularité : 16 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 8 %)

Le Burundi gagne un palais présidentiel ,(popularité : 7 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 7 %)

Le facilitateur Mkapa jette officiellement l’éponge ,(popularité : 7 %)

Seul un dialogue inclusif permettra des élections inclusives en 2015 ,(popularité : 6 %)

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa ,(popularité : 6 %)