Le projet d’abrogation de la constitution ouvrira la porte à la dictature




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 31 octobre 2013  à 17 : 23 : 08
a

« Les burundais ne vont pas se laisser conduire comme des moutons de Panurge. Ils ne vont pas accepter le retour d’un pouvoir aux relents d’une dictature puisqu’ils n’ont pas été consultés avant l’abrogation d’une constitution qui fut le fruit d’un dialogue de toutes les composantes du peuple burundais » ce sont les propos de Frédéric Bamvuginyumvira ce jeudi.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro sur le projet d’amendement de la constitution par le gouvernement , un projet aujourd’hui sur la table du parlement le vice président du parti Front pour la Démocratie au Burundi a dit que contrairement aux propos du Secrétaire du gouvernement tous les partenaires politiques n’ont pas été consultés dans ce projet qui fait objet de remous entre les acteurs politiques.

Selon Frédéric Bamvuginyumvira, à Kayanza lors de l’atelier des acteurs politiques en vue de préparer les élections de 2015, il a été question d’entente sur 42 points de préparations des élections mais pas de l’abrogation de la constitution. Les partenaires politiques pendant cette période s’étaient uniquement convenus de réviser uniquement le code électoral.

Même si certains de ces amendements étaient directement liés avec la constitution, le vice président du parti Front pour la Démocratie au Burundi estime que les politiques devraient certes s’entendre sur les amendements à apporter à la constitution mais après s’être convenus sur le bilan des Accords d’ARUSHA par à l’Etat de lieux de la gouvernance politique, économiques et autres.

Aujourd’hui le vice président du parti Front pour la Démocratie au Burundi déplore que le parti au pouvoir soit allé plus vite en abrogeant la constitution. Sans plus de précisions, Fréderic Bamvuginyumvira a indiqué qu’ils ne vont pas cautionner les innovations contenues dans ce projet de loi qui abroge la démocratie de consensus au Burundi.

Le gouvernement du Burundi a apporté une série de modification dans ce projet de loi sur la constitution. Le fond de ces innovations n’a pas encore été connu du public. Même le porte parole du gouvernement a refusé d’entrer dans le fond au micro de la Radio Isanganiro.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

612 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 58 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 23 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 22 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 21 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 20 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 20 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 20 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 20 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 20 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 20 %)