Un logiciel serait source corruption au ministère des finances




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 31 octobre 2013  à 18 : 30 : 40
a

L’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques estime que le marché d’un logiciel Gestion et suivi budgétaire du ministère des finances acheté à plus de 15 milliards de Fbu ouvre la porte à la corruption et au détournement économique.

Au cours d’une conférence de presse qu’il animée ce jeudi, le président de l’OLUCOME a regretté de l’accumulation des pots de vin au sein du ministère des finances. Gabriel Rufyiri a indiqué que le ministère dont il est question persiste à chercher un logiciel semblable à celui qui accuse déjà plus de 41 pannes dans son fonctionnement.

Dans le souci de vouloir encore une fois accorder un marché à l’ancienne entreprise qui avait gagné le marché lors de l’achat de ce logiciel, le ministère de tutelle persiste à obliger les personnes qui prétendent à ce marché à se conformer aux normes de ce logiciel qui ne fonctionne pas convenablement.

Gabriel Rufyiri a indiqué que le même ministère accorde des jetons de présences de 200 milles fbu chacun à une commission composées de 8 personnes chargées de suivre les anomalies qui se trouvent dans ce logiciel.

Cette situation date de mars de cette année selon Gabriel Rufyiri. Il y a aussi au sein du même ministère un groupe de 8 personnes qui, en dehors du traitement mensuel perçoivent entre 2 millions de francs bu et 2 millions cinq cents milles francs bu. L’OLCOME demande au ministère des finances de tout faire pour retourner cet argent dans les caisses de l’Etat.

Ce logiciel qui ne fonctionnerait pas convenablement est attendu pour mettre la transparence dans la gestion des salaires des fonctionnaires de l’Etat. Le ministère de la fonction publique et de la sécurité sociale d’ailleurs dit que depuis janvier 2014, les salaires ne connaitront pas de retard grâce à ce logiciel. En attendant , espérons qu’il fonctionnera convenablement en janvier 2014.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

607 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 15 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 11 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 4 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 3 %)

L’économie du pays va decrescendo ,(popularité : 3 %)

Clément Butoke : « les billets de banque usagés nuisent à l’image du pays »,(popularité : 3 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)