EAC : La "petite crise" sera dénouée par le sommet des chefs d’Etats




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 2 novembre 2013  à 09 : 23 : 45
a

Malgré l’usage d’une langue de bois, le secrétaire général de la Communauté Est Africaine, EAC, a reconnu l’existence d’une crise qu’il a qualifiée de petit problème au sein de la communiqué qui trouvera solution lors du sommet des chefs d’Etats prévu à la fin du mois de Novembre de cette année en Ouganda.

Au d’une rencontre des ministres de la Communauté Est Africaine qui a eu lieu à Bujumbura ce vendredi et dans laquelle avaient pris part tous les pays membres de ladite communauté, Richard Sezibera a indiqué que cette rencontre visait à l’évaluation des activités réalisées dans cette communauté au courant de 2013.
Pour lui, les activités qui étaient prévues au courant de l’année ont été réalisées à hauteur de 98%.

Dans un communiqué rendu public à la fin de cette rencontre ministérielle, Richard Sezibera secrétaire général de la Communauté Est Africaine et la ministre ayant en charge les affaires de la communauté Est Africaine ont reconnu l’existence d’une crise qu’ils qualifient de "petit problème’’ au sein de la communauté sans pour autant détailler les raisons.

Aujourd’hui, certains parlent de création de deux blocs au sein de l’EAC. Le Burundi et la Tanzanie seraient à part tandis que de l’autre le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda se seraient coalisés dans un seul bloc.

Va-t-on vers une scission de l’EAC ? Richard Sezibera a dit : « là où il y a des hommes, il y a toujours des problèmes. Nous pensons que le sommet prévu au mois de novembre de cette pourra trouver une issue au problème »

Cette réunion ministérielle avait été reportée à cinq reprises. Elle a commencé après 3 heures de retard. A la fin de la rencontre, ils ont apposé leurs signatures après plus de 3 heures de débat de coulisse parce que dit "la politique ne se fait tambour battant". La burundaise Léontine Nzeyimana a vidé les lieus pendant plus d’une heure. En attendant, qu’enfantera le sommet de fin novembre ? Voilà la question.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

597 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 5 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 3 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 3 %)

Les ONG contre le nouveau projet de loi sur la presse,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

Une rhétorique de mésentente entre le CNDD FDD et le FORSC autour de la gouvernance ,(popularité : 3 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 3 %)

La rencontre rouvrira l’espace politique ,(popularité : 3 %)

EurAc plaide pour des sanctions contre certains responsables burundais,(popularité : 3 %)