Les burundais vivant en Belgique demandent à Pierre Nkurunziza de sauver son honneur




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 3 novembre 2013  à 04 : 16 : 57
a

La diaspora burundaise de Belgique implore le président de la république à ne pas oser modifier la constitution pour briguer un troisième mandat.

Dans une correspondance qu’elle transmise à Pierre Nkurunziza avec copie pour information au secrétaire Général des Nations Unies et aux autres personnalités, ces burundais vivant en Belgique motivent les irrégularités contenues dans ce projet de révision de la constitution.

Selon eux, ce projet de révision viole certains des contenus de la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance dont le Burundi est signataire. Si une fois ce projet de révision de la constitution venait à être promulgué, le conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine aura les prérogatives de prendre des sanctions contre Bujumbura parce qu’il aura refusé l’alternance politique au pouvoir.

Le même projet s’écarte de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation et de la Constitution qui ont été accouchés dans la douleur du peuple burundais. Les burundais vivant en Belgique estiment que la majorité actuelle au pouvoir est issue des élections de 2010 qui ne connurent pas de compétition démocratique et qui furent largement contestées, raison pour laquelle le pouvoir actuel n’est pas crédible pour modifier la constitution.

« Ceux qui vous poussent ou vous conseillent de forger d’autres mandas veulent bien en tirer leur propre profit au grand mépris de l’intérêt général », peut-on lire dans cette correspondance.
Ils demandent à Pierre Nkurunziza à renoncer à la course pour sa propre succession après 2015, non seulement pour son honneur et celui du pays, mais aussi pour stimuler les bailleurs de fonds et les amis du Burundi à soutenir les projets de développement du Burundi.

« Monsieur le président de la république, donner la chance à l’alternance démocratique en vous retirant du pouvoir à la fin de votre deuxième mandat. Vous aurez ainsi rendu un grand service à tous les burundais et à toute l’Afrique » soulignent ces burundais.

Pour cette communauté burundaise de Belgique, tous les acteurs politiques devraient s’asseoir ensemble et discuter des principes et modalités de révision de la constitution pour l’adapter au code électoral en vue de réussir les élections de 2015.

Les burundais vivant en Belgique réagissent après que la société civile et les politiques aient aussi demandé un débat inclusif avant de réviser la loi fondamentale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

655 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda





Les plus populaires
Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 27 %)

Sénatoriales en cours à travers le pays,(popularité : 7 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 7 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 6 %)

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !,(popularité : 5 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 5 %)

Arusha : Huit points à discuter regroupés en quatre grands ensembles,(popularité : 5 %)

Un nouveau document de voyage dans la zone CEPGL bientôt en circulation,(popularité : 4 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)