La société civile plaide pour un débat inclusif sur la constitution




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 4 novembre 2013  à 18 : 10 : 28
a

Plus de 500 organisations de la société civile burundaise viennent de lancer la campagne "Ne touchez pas au consensus d’Arusha" ce lundi en réaction contre le projet d’amendement de la constitution par le gouvernement du Burundi.

Au cours d’une conférence de presse que Vital Nshimirimana, président du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, a animée autour de ce projet de loi qui fait objet de remous entre les acteurs politiques du Burundi, ces organisations de la société civile demandent au gouvernement actuel de ne pas modifier seul la constitution parce qu’elle a fait objet de consensus dans la douleur.

Selon le président du FORSC, le pouvoir de Bujumbura doit préalablement engager un débat inclusif sur les modalités et les principes d’amendement de la constitution pour éviter les éventuelles spéculations.

Il a dit qu’à l’état actuel des choses, la révisions de la constitution ne pourra pas être utile au peuple burundais d’une part parce qu’elle a été fait dans la hâte et d’autres part parce qu’elle ne requiert pas les avis des uns et des autres.

Le Forum pour le Renforcement de la Société Civile estime que le processus de révision de la constitution est jusqu’ici parti par une voie opaque au lieu de celle qui rassure tout les acteurs de la vie politique du Burundi.

Pour le Forum pour le Renforcement de la Société Civile cette revendication d’un débat large, inclusif et transparent dans le processus d’amendement de la constitution s’inscrit dans la dynamique des acquis d’Arusha et de la feuille de Route convenue entre les acteurs politiques du Burundi.

Outre la société civile burundaise, les burundais de la diaspora, le barreau de Bujumbura et d’autres ont dénoncé ce "projet d’abrogation" de la constitution qui s’est fait en catimini. Le gouvernement indique qu’il s’est référé sur les propositions des politiques lors des ateliers de Kayanza. Les diplomates accrédités à Bujumbura ne se sont pas encore exprimés sur la question même s’ils réclament des élections plus crédibles pour 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

159 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)