Burundi : "Quand le feu éclatera entre les hutus, l’Etat ne l’éteindra pas"




Par: , mardi 5 novembre 2013  à 10 : 35 : 36
a

"Bien que la guerre entre les hutus et les tutsi ait terminé, celle entre les seuls hutus ne sera pas facile à gérer pour l’Etat burundais." Certains habitants de la province Bujumbura se montrent fâchés et dépassés par les agissements des jeunes du parti présidentiel.

Trois jeunes-imbonerakure (traduit littéralement par « guetteurs ») du parti au pouvoir, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie (Cndd-fdd) sont dans les mains du parquet près le tribunal de grande instance en province de Bujumbura. Ils ont été arrêtés le jeudi 31 octobre 2013 sur la colline Kavumu surplombant la capitale Bujumbura, au nord-est. Gilbert, Pascal et Innocent sont accusés d’avoir sérieusement battu un homme du nom de Dieudonné Karenzo. Les proches de ce dernier déclarent qu’il est victime de son appartenance politique. Il est en effet membre du parti Fnl non reconnu par le pouvoir de Bujumbura, et dont se déclare comme leader l’opposant Agathon Rwasa. « Nous sommes victimes de nous être rangés derrière cet homme », indique l’un de ces habitants. « Les membres des partis de l’opposition, s’ils ne se convertissent pas aux idéaux du Cndd-fdd, sont battus, torturés, voire tués », martèle-t-il.

Il faut des actions concrètes de la part du gouvernement

Le chef de colline est aussi accusé par les victimes d’être de mèche avec la jeunesse du Cndd-fdd dans ces bavures. « Il semble être à la tête de ces groupes. Tout se fait sous ses yeux, et quelque fois le soir, avec sa veste, il est parmi eux. On le voit même en train de barrer le chemin aux gens ».

Le démenti n’est qu’un outil habituel de l’administration, des fois même la banalisation

Contacté au téléphone, le chef de colline Kavumu ne reconnaît pas qu’il y ait des victimes de leurs convictions politiques. Quant à l’administrateur communal de Kanyosha, Joachim Ncamubinige, il qualifie les jeunes présumés agresseurs de Karenzo simplement de malfaiteurs. Il espère par ailleurs que la cohabitation entre les jeunes de différentes formations politiques dans sa commune ne peut pas dégénérer. Mais seuls les mots ne comptent pas selon un cinquantenaire rencontré sur le lieu : il faut des actions concrètes non seulement au niveau de la commune, mais de la part du gouvernement. Celui-ci "doit agir au plus vite", dit-il, "avant que l’eau ne déborde le vase".

Et d’ajouter : « ces jeunes, je les connais. Ce sont des enfants hutus. Ceux qu’ils recherchent sont aussi des hutus. Le jour où un hutu se tournera contre un autre, il ne sera pas facile pour l’Etat d’éteindre le feu ».

Ce sage craint en effet le pire : « Notre colline peut servir d’étincelle pour un feu qui risque de s’étendre sur tout le territoire national ». Il soutient que des militants des partis de l’opposition notamment le Fnl, le Msd, le Frodebu ou simplement des hutus qui n’adhèrent pas aux idéaux du Cndd-fdd, sont sur le point d’exploser. « La population est fâchée, ce qui est dangereux pour le pays », se résume l’homme qui a gardé l’anonymat.

Il appelle ainsi le gouvernement à redresser ces jeunes avant qu’il ne soit trop tard.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1227 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !





Les plus populaires
Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 49 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 8 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 3 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 3 %)

Pas de militaires qui désertent, dit la FDN,(popularité : 3 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika,(popularité : 2 %)

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi,(popularité : 2 %)

Burundi : L’épouse d’Agathon Rwasa échappe à un assassinat,(popularité : 2 %)

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface,(popularité : 2 %)