Burundi : Bientôt une connexion Wifi en ville de Bujumbura




Par: Désiré Nimubona , mardi 5 novembre 2013  à 15 : 03 : 01
a

La ville de Bujumbura sera bientôt dotée d’une connexion internet sans fils pour permettre aux citadins de naviguer sur internet en payant moins, selon le Directeur Général de l’Onatel Donatien Ndayishimiye.

S’exprimant dans une conférence de presse que l’entreprise a organisée ce mardi au siège de l’Onatel, Ndayishimiye a expliqué que « le prix de la connexion sera réduite à 300F par heure », quand cette connexion sera effective.

« Il sera question d’avoir un code et l’usager aura accès à cette connexion » moins chère, a souligné Ndayishimiye.

Se servant d’un financement de 15 million de dollars accordé par le Gouvernement burundais(crédit de la République Populaire de Chine) à ce projet, l’Onatel compte installer des points d’accès dans les quartiers de la ville de Bujumbura à tel enseigne que ceux qui sont proches de ces points d’accès puissent être servis sans pour autant avoir des terminaux dans leurs maisons.

« C’est un moyen simplifié d’être connecté à l’internet » a rassuré le DG de l’Onatel, ajoutant que l’entreprise Euphorbia de droit burkinabé se trouve à l’œuvre pour la mise en place de tout ce qui est nécessaire pour que l’internet en ville soit disponible d’ici la fin de cette année.

Par ailleurs, a-t-il expliqué, les étudiants burundais du Campus Kiriri bénéficient de cette connexion Wifi, de même que les environs de la Poste à côté de l’Onatel.

« Nous allons viser des endroits à forte concentration » a insisté le Directeur Général de l’Onatel. Avec le mois de décembre cette année, l’Onatel compte avoir au moins 40 points dans la ville de Bujumbura car le signal est aussi bon pour y arriver.

« Même des points éloignés seront servis à l’aide d’une connexion par mode hertzien » a-t-il martelé, ajoutant que dans les quartiers moins favorisés, les prix seront relativement bas, comparés à ceux des quartiers huppés, tels que Kiriri.

Le réseau métropolitain de la fibre optique, géré en solo par l’Onatel, une entreprise de télécommunication du Gouvernement, est l’un des moteurs que cette entreprise possède pour arriver à un effectif d’un million d’abondés en 2015. Cette entreprise compte battre le record dans les services internet en 2015 et occuper la deuxième place en ce qui est des effectifs des abonnés la même année.

Créée en 1979, l’Onatel possède un effectif de 700 employés éparpillés sur tout le territoire national. Mais cette entreprise, qui s’apprête aussi à « la privatisation par lotissement », vient de passer dix ans sans investir, comme l’a reconnu son patron.

Se montrant choqué par la position de l’Onatel par rapport aux autres quatre opérateurs, Ndayishimiye disait : « Nous les avons vus venir et nous les avons vus nous dépasser ». Qui ? Ce sont ces entreprises de la téléphonie mobiles qui sont installés au Burundi dont le plus vieux est arrivé en 1995.

Selon Donatien Ndayishimiye, l’Onatel qui est « une entreprise populaire » (dans le sens où elle est l’affaire de l’Etat) ne peut pas rester en arrière en ce qui est des développements technologiques des dernières heures.

« Nous sommes des opérateurs et non des fonctionnaires » a-t-il renchéri, soulignant que chaque travailleur de cette entreprise doit comprendre que le temps de s’asseoir dans des bureaux est révolu.

L’Onatel fait face à compétition de Leo Burundi (ancien Telecel Burundi), Econet Wireless, Africells.a. et Smart Mobile. Hit Telecom n’a pas fait long feu car sa licence a été retirée par l’Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications, ARCT, quelques mois après son agrément.

Le taux de pénétration téléphonique est estimé à 26% et le taux de connectivité sur internet est parmi les plus bas de l’Afrique avec au plus 2,1% selon les estimations de la Banque Mondiale en 2012.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1942 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Berimana Chanel   ce  mercredi 23 juillet 2014   à 10 : 06 : 12

Bonjour ,
la semaine prochaine je viens au Burundi ,et ayant lu votre article je vous contact pour vous demandez si finalement il y a une connexion wifi dans la capitale. (?)
Si il est disponible , comment pourrais je me procurer le wifi là bas ?

Merci et bonne journée,

Berimana Chanel



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 14 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 4 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 4 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 4 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 4 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 4 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)