Polémique autour d’un consensus sur l’abrogation de la constitution




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 10 novembre 2013  à 08 : 10 : 47
a

Le président du parti UPRONA, aile de la réhabilitation estime que le parti au pouvoir veut abroger la constitution et par là les accords d’Arusha de manière implicite.

Au cours d’une interview à la Radio Isanganiro ce samedi par rapport aux propos du porte parole du gouvernement qui tranquillise les partenaires politique sur les amendements qui seront apportés à la constitution, Jean-Baptiste Manwangari a indiqué que le gouvernement a profité de crise qui battait son plein au sein de l’UPRONA pour carrément abroger la constitution.

Dans un communiqué du gouvernement présenté par Philippe Nzobonariba, porte parole du gouvernement ce vendredi, il a dit que la révision de la constitution visait uniquement à l’adapter aux échéances électorales de 2015 conformément à l’article 297 de la celle-ci qui stipule que le président de la république en collaboration avec le gouvernement a les prérogatives d’apporter des modifications à la constitution.

Selon Manwangari, l’article 299 de la même constitution interdit de réviser la constitution quand les amendements à y apporter mettent en cause les acquis d’Arusha selon cet opposant politique de Bujumbura.

Aussi longtemps que le tollé autour de l’abrogation de la constitution de consensus héritée d’Arusha est telle, Jean Baptiste Manwangari, en prenant à témoin les burundais et la communauté internationale sur les probables conséquences de cet acte, il demande au pouvoir de Bujumbura de tout faire pour qu’il y ait un débat inclusif avant de parler d’amendement ou d’abrogation de la loi fondamentale.

Dans ce même message, le gouvernement indiqué que la révision de la constitution vise à promouvoir l’indépendance de la justice et au président de la république de décider sans entrave comme cela s’observe dans d’autres démocraties.

La position du gouvernement est celle-ci au moment où la polémique enfle au sein des acteurs politiques sous prétextes de ne pas avoir été consultés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

380 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Abdoulaye Bathily, nouveau médiateur dans la crise burundaise ,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)