La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 13 novembre 2013  à 12 : 10 : 38
a

Près de 4 jours après la mort de Ndayisaba Joseph alias Never, le Forum pour la Conscience et le Développement demande aux institutions en place de protéger les témoins des exécutions extrajudiciaires en particulier dans ce pays à défaut de quoi la vérité sur la justice sera impossible.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro, le président du Forum pour la Conscience et le Développement Pacifique Nininahazwe s’est étonné pourquoi sous d’autres cieux quand les citoyens sont tués les chefs de l’Etat expriment leur désarroi.

Il a demandé au président de la république Pierre Nkurunziza en particulier à sortir de son silence pour montrer aux burundais et à la communauté internationale ce que les pouvoirs publics sont en train de faire face à la mort en série des témoins à charge dans les exécutions extrajudiciaires.

Pour Pacifique Nininahazwe le problème est d’autant plus posé aussi en province de Gitega où le chef de zone Songa Gaston Gahungu qui a osé témoigner à charge de l’ancien commissaire adjoint de la police surnommé Rwebwe , se trouve lui aussi en danger eu égard à la manière dont Never vient de trouver la mort.

« La lutte contre l’impunité est dure dans un pays qui possède des milices de silence », a-t-il souligné.

Cette sortie médiatique suit celle de l’Association pour la Promotion des Droits de l’Homme et des détenus. Ce lundi dans la soirée, Pierre Claver Mbonimpa avait lui aussi plaidé pour que les instances habilitées aient le soin de protéger les témoins à charge dans les dossiers d’exécutions extrajudiciaires à défaut de quoi la justice burundaise rendra toujours des parodies de justice.

Never qui avait témoigné à charge d’un agent du service des renseignements burundais en province de Bubanza dans les cas d’exécutions extrajudiciaires a été retrouvé sans vie non loin de la maison de cet agent du SNR. Il a été retrouvé dans la rivière Mpanda .Le chef de colline Songa Gaston Gahungu en province de Gitega de sa part se trouve aujourd’hui sous la protection des simples citoyens.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

558 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message