U.B : Les autorités ont du pain sur la planche




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 18 novembre 2013  à 08 : 33 : 34
a

Tout a commencé vers 10 heures ce sameid quand certains étudiants ont affiché une pétition de plus de 1600 personnes qui réclament le départ des responsables de la Fraternité des Etudiants de Rumuri, FER, une association des étudiants de l’université du Burundi, conformément à l’assemblée générale qui a eu lieu récemment. Il n’a pas cependant été facile pour ces étudiants d’afficher ces listes puisqu’une bagarre s’en est suivie.

La police a été acculée à tirer en l’air pour départager les deux groupes mais deux personnes avaient déjà été blessées. Jusqu’à 16 heures de ce samedi ces éléments de la police étaient toujours et veillaient à ce que ces étudiants qui se regardaient en chien de faïence et qui se lançaient des invectives ne se rentrent pas dedans. Certains des étudiants avaient des cailloux dans leurs poches tandis que d’autres étaient munis de gourdins comme nous l’avons constaté. Difficile de dire que le climat qui prévaut à l’Université est sain au regard d’une rhétorique de guerre qui existe entre ces deux groupes.

Les étudiants qui réclament bec et ongle la légitimité des organes de la FER n’ont pas accepté de nous accorder une interview. D’autres par contre ne passent pas par quatre chemins pour dire que cette pétition aura ses effets puisque selon eux, les textes régissant la FER ont été observés méticuleusement.

Quand la politique s’invite pour donner place à la crise.

Les informations recueillies sur place indiquent que les étudiants qui soutiennent les organes de la FER en place aujourd’hui seraient plus proches du parti au pouvoir. Ils n’entendent pas que ces derniers soient désavoués. D’autres crient à la récupération de la FER par le parti CNDD- FDD.

Comme nous l’avons constaté , ils étaient plus d’une centaine à réclamer que ces dirigeants de la FER ne soient pas remerciés. D’autres par contre avaient envahi l’endroit proche du restaurant et depassaient au moins 500 étudiants. Ils revendiquaient eux le départ des responsables de la FER pour leurs nombreuses infractions notamment le détournement de 23 millions de la caisse de solidarité des sinistrés.

A quand la fin de cette crise qui, dans tous les cas handicape dangereusement la vie de l’Université du Burundi ? Voilà la question. Même si le recteur n’a pas jugé en dire quelques chose, les autorités rectorales ont un grand travail à faire pour empêcher que la violence ne dégénère.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

714 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message