Education : plus de 1200 abandons pour 2012/2013




Par: Digne Niyomwungere , lundi 18 novembre 2013  à 15 : 16 : 53
a

1246 écoliers ont abandonné l’école au cours de l’année scolaire 2012-2013 pour se faire employer dans différents travaux, selon le Ministère de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation.

D’après un rapport de travail d’identification des enfants en situation de travail et d’abandon scolaire au Burundi publié au début de ce mois de Novembre 2013 par ce ministère appuyé par l’Unicef Burundi, l’effectif des enfants en situation de travail et d’abandon scolaire augmente du jour au lendemain.

Parmi les principales causes de ces abandons selon ce rapport figurent notamment la pauvreté des ménages (familles), l’ignorance de l’importance de l’école par les parents d’une part, et par les enfants eux-mêmes d’autre part, et les enfants qui veulent subvenir aux besoins de leurs parents d’une part et d’autre part ceux qui veulent pouvoir satisfaire à leurs propres besoins.

Selon toujours ce rapport, 12 provinces sur 17 visitées comptent moins d’enfants en situation de travail et d’abandon scolaire, beaucoup d’entre eux migrant vers les grands centres urbains.

La majorité des enfants identifiés qui abandonnent l’école pour aller travailler proviennent des provinces Gitega, Kayanza, Ngozi, Bururi, Muramvya et Makamba, dont l’âge varie entre 13 et 16 ans, les filles représentant environ 2/3 d’entre eux. Parmi eux, des orphelins soit de père, soit de mère, soit des deux.

Commerce ambulant, transport des bagages, services de restauration et travail domestique, voilà le gros des activités qui font que ces enfants abandonnent l’école. Néanmoins, c’est après que la vie se complique que ces enfants remarquent la nécessité de l’école, et souhaitent réintégrer, moyennant un accompagnement en matériels et uniformes scolaires, en nourriture, logement et habillement, selon ce rapport.

Parmi les recommandations faites au gouvernement figurent notamment la mise en commun des ressources et les énergies de tous les intervenants dans le système éducatif, travail en synergie des acteurs dans le système éducatif burundais, des actions visant la promotion de l’éducation pour tous, afin de permettre l’accès, la réintégration et de l’achèvement de l’école. Le gouvernement a été aussi recommandé d’éviter certaines mesures qui obligent les enfants à abandonner l’école prématurément.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

285 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 9 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 9 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 8 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 8 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 8 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 8 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 8 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 8 %)