Fundi encore devant la cour d’appel de Bujumbura




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 19 novembre 2013  à 15 : 47 : 07
a

Edouard Misago connue sous le sobriquet de Fundi a été entendu par la cour d’appel de Bujumbura à propos de sa probable évasion de la prison ce mercredi.

Vers 9 heures, plus d’une vingtaine de détenus entrent dans les locaux qui abritent la cour d’appel de Bujumbura. Ils sont dans le couloir où passent aussi d’autres personnes qui viennent s’imprégner de l’évolution. Edouard Misago est au milieu de ces personnes apparemment à l’aise.

Certains des journalistes cherchent à voir ce membre du FNL dont le procès ne prend pas fin. Autour de lui se trouvent d’autres personnes, qui apparemment sont ses proches. Ils ne quittent pas des yeux ce locataire de la prison centrale de Muramvya.

Plus de 30 minutes plus tard, Fundi répond à l’appel des magistrats près la cour d’appel de Bujumbura assisté par son avocat.

Les débats dans la chambre de conseil vont durer plus d’une trentaine de minutes. A sa sortie, il est souriant. Son avocat, lui, reste pessimiste. « Je ne préfère pas dire beaucoup de chose aujourd’hui car rien n’a changé par rapport à ce que j’avais dit la semaine écoulée. En moins de 48 heures, la cour va statuer sur le procès ». La toge à la main, Me Alexis Nduwimana prend ses valises et rentre.

Le témoignage de Pierre Claver Mbonimpa est tout autre. Les rebondissements sont inéluctables autour de ce procès selon lui. Ce mercredi, il est prévu une audience publique autour de ce procès suite à la demande du procureur général de la république. Ce dernier a interjeté appel en indiquant que le ministère public n’a pas été satisfait de l’issue de ce procès.

Pour Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Association pour la Promotion des droits de l’homme et des détenus, l’issue du procès en appel sera connue après l’audience publique de mercredi.

Au niveau de la cour d’appel, Me Alexis Nduwimana et son client s’attendent à ce que Fundi comparaisse en jouissant de sa liberté provisoire.

Après les élections de 2010, Edouard Misago , l’un des membres du parti Forces Nationales de Libération, FNL, proche de Rwasa Agathon a été arrêté et incarcéré, accusé de participation dans les bandes armées en commune de Kanyosha. Il a bénéficié d’une liberté provisoire plus tard. C’est lorsque Rwasa Agathon est revenu sur la scène politique après 3 ans d’exil qu’il a été arrêté. Le ministère public lui reproche de s’être évadé de la prison au moment où il brandit le billet d’élargissement. Pierre Claver Mbonimpa estime que ce procès est purement politique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

612 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi





Les plus populaires
Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 11 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 11 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 10 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 10 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 9 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 8 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 8 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 8 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 8 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 8 %)