Un centre de dialyse teinté de probables détournements




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 21 novembre 2013  à 17 : 28 : 21
a

« Notre mission est de prévenir le ministère de la santé publique et de la lutte sur des probables détournement des fonds de l’Etat qui risquent de faire parler d’elles lors de l’équipement en matériel du Centre de Dialyse à l’Hôpital prince Régent Charles » ce sont les propos de Gabriel Rufyiri ce mercredi.

Dans une conférence de presse qu’il a animée sur le projet d’équipement du Centre de Dialyse à l’hôpital Prince Régent Charles , le président de l’OLUCOME a indiqué que le coût total de ce matériel est estime à près d’un milliard de francs bu selon l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Économiques.

L’OLUCOME déplore de constater que le dossier d’appel d’offre est de type gré à gré au regard de la façon dont il peut ouvrir la porte à la corruption. Cette organisation a enregistré beaucoup de cas où effectivement les marchés de type gré à gré constituent des brèches pour le détournement des finances de l’Etat raison pour laquelle il interpelle les instances de l’Etat à abandonner ce type d’appel d’offre.

Gabriel Rufyiri a relevé une série de marchés publics de type gré à gré qui ont été émaillés de corruption notamment l’achat du logiciel du ministère des finances pour le traitement des salaires des fonctionnaires de l’Etat, l’achat d’un scanner de l’hôpital prince régent, la radiographie du Centre Hopitalo- Universitaire de Kamenge et d’autres matériel. Ceux- ci ne fonctionnent pas jusqu’à ce jour et le pays en perd énormément.
L’OLUCOME appelle le président de la république à aider pour que la transparence dans la passation des marchés publics à défaut de quoi cette organisation risque de se retirer du conseil de régulation pour la passation des marchés publics.

La ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida est très claire sur la question. Elle indique que L’OLUCOME n’a pas fait d’enquête avant rendre publique cette communication. Le ministère de tutelle a recouru au marché gré à gré parce qu’il avait manqué quelqu’un pour ce marché. Elle tranquillise le public en soulignant l’économie burundaise n’en pâtira pas. Tout sera mis en œuvre pour empêcher les détournements des deniers publics selon Dr Sabine Ntakarutimana.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

616 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 29 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 14 %)

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés,(popularité : 13 %)

Foire informatique : Les jeunes moins intéressés ,(popularité : 11 %)

Les jérémiades des victimes du marché central ,(popularité : 11 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 11 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 11 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 11 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 10 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 10 %)