Un centre de dialyse teinté de probables détournements




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 21 novembre 2013  à 17 : 28 : 21
a

« Notre mission est de prévenir le ministère de la santé publique et de la lutte sur des probables détournement des fonds de l’Etat qui risquent de faire parler d’elles lors de l’équipement en matériel du Centre de Dialyse à l’Hôpital prince Régent Charles » ce sont les propos de Gabriel Rufyiri ce mercredi.

Dans une conférence de presse qu’il a animée sur le projet d’équipement du Centre de Dialyse à l’hôpital Prince Régent Charles , le président de l’OLUCOME a indiqué que le coût total de ce matériel est estime à près d’un milliard de francs bu selon l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Économiques.

L’OLUCOME déplore de constater que le dossier d’appel d’offre est de type gré à gré au regard de la façon dont il peut ouvrir la porte à la corruption. Cette organisation a enregistré beaucoup de cas où effectivement les marchés de type gré à gré constituent des brèches pour le détournement des finances de l’Etat raison pour laquelle il interpelle les instances de l’Etat à abandonner ce type d’appel d’offre.

Gabriel Rufyiri a relevé une série de marchés publics de type gré à gré qui ont été émaillés de corruption notamment l’achat du logiciel du ministère des finances pour le traitement des salaires des fonctionnaires de l’Etat, l’achat d’un scanner de l’hôpital prince régent, la radiographie du Centre Hopitalo- Universitaire de Kamenge et d’autres matériel. Ceux- ci ne fonctionnent pas jusqu’à ce jour et le pays en perd énormément.
L’OLUCOME appelle le président de la république à aider pour que la transparence dans la passation des marchés publics à défaut de quoi cette organisation risque de se retirer du conseil de régulation pour la passation des marchés publics.

La ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida est très claire sur la question. Elle indique que L’OLUCOME n’a pas fait d’enquête avant rendre publique cette communication. Le ministère de tutelle a recouru au marché gré à gré parce qu’il avait manqué quelqu’un pour ce marché. Elle tranquillise le public en soulignant l’économie burundaise n’en pâtira pas. Tout sera mis en œuvre pour empêcher les détournements des deniers publics selon Dr Sabine Ntakarutimana.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

582 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 9 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 6 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 2 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 2 %)