EAC : Le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya devant la justice pour avoir écarté le Burundi et la Tanzanie




Par: Désiré Nimubona , mercredi 20 novembre 2013  à 18 : 40 : 05
a

Trois ressortissants tanzaniens ont déposé une plainte devant la Cour de justice de l’’Afrique de l’Est, contre le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya pour avoir délibérément exclus la Tanzanie et le Burundi de certaines réunions décisionnelles des projets de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC).

Les chefs d’Etat Ougandais, Kenyans et Rwandais, respectivement Yoweli Museveni, Uhuru Kenyatta et Paul Kagamé, ont déjà fait au moins trois rencontres, selon l’avocat des trois hommes, sans avoir invité le Burundi et la Tanzanie pour parler ensemble des projets de développement communs.

Ally Msangi, David Makata et John Adam qui sont des citoyens Tanzanien veulent obtenir de cette cour de Justice de l’EAC gain de cause, en suspendant tous les projets, jadis communs, mais qui sont désormais entre les mains des trois pays, à savoir la construction d’un oléoduc de pétrole commun à ces trois pays alors que c’était un projet intégrateur commun. Ils veulent aussi la fin des tractations pour la création de la fédération politique en cours alors que le Burundi et la Tanzanie sont relégués à l’écart.

Selon l’avocat des trois tanzaniens, les réunions ont violé l’article 6 (a) (b) (d) et (f), section 7 (f), Section 71 (d), l’article 3 (3) et la section (1) C (3) c du Traité de l’EAC, qui exigent que « tous les Etats membres de l’EAC doivent être impliqués dans la prise de décisions à l’égard du processus d’intégration ».

‘’Franchement, je me pose plusieurs questions. Veulent-ils créer une autre communauté ? Sont-ils fâchés contre notre pays ou contre moi, ou veulent-ils nous pousser vers la sortie ?", s’était interrogé Kikwete, il y a quelques jours lors d’un discours à l’Assemblée Nationale Tanzanienne dans la ville de Dodoma.

La tension est montée quand, il y a à peine 4 mois, le président Tanzanien Jakaya Kikwete a appelé le Rwanda à négocier avec les rebelles, ce que Kigali n’a pas digéré. Un appelle similaire avait été lancé aussi au président ougandais de lancer lui aussi des négociations avec les rebelles du nord de ce pays. Cependant la Tanzanie a juré qu’elle ne quittera pas le bloc. Entre temps des informations sur la création d’un autre bloc économique composé par le Burundi, la Tanzanie et par la RDC ont déferlé la chronique des médias.

Craignant la perte des membres à « potentialité importante », l’ancien premier Ministre Kenyan Raila Odinga avait appelé aux pays traduits en justice de ne pas laisser de coté le Burundi et la Tanzanie.

« On a besoin de la Tanzanie pour faire des affaires avec la Zambie » avait rappelé Odinga. Il s’était même proposé comme médiateur du conflit avant que cette offre ne soit rejetée par son rival Uhuru Kenyatta alors que les autres pays avaient jugé bon de l’écouter.

Plus tard, la guerre des mots a continué et a même fait des victimes. La Tanzanie a par ailleurs décidé de chasser les Rwandais vivant en Tanzanie illégalement, suivi par des burundais et ces derniers sont parti sans un petit bagage. Certains d’ailleurs estimaient avoir été séparés de leurs familles par force avant d‘être conduits au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1152 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points





Les plus populaires
La CNIDH sensibilise les autorités locales sur les principe de protection des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)

Probablement veuve et orphelin à cause de Rwembe ,(popularité : 2 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Tanzanie : Sinduhije détenu atrocement, déplore Me Maingain,(popularité : 2 %)

Les déplacés de guerre ne sont pas disposés au retour sur leurs collines d’origines,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)