Ruhororo : Des échauffourées entre la police et les locataires du camp




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 26 novembre 2013  à 06 : 52 : 32
a

Deux enfants du camp des déplacés internes de la commune Ruhororo en province de Ngozi et deux policiers ont été blessés lors des échauffourées entre les éléments de la police et les habitants du site des déplacés internes ce lundi.

Les policiers se sont rendus dans ce camp de déplacés pour arrêter deux personnes présumées coupables de l’attaque à la grenade qui a eu lieu ce samedi au domicile d’un homme membre d’une commission mise en place pour trouver solution aux divergences de vue entre les résidents et les déplacés internes de ce camp de Ruhororo. Ces déplacés ont refusé que ces personnes soient dans les mains de la police.

Une bagarre a par la suite éclaté entre la police armée de fusils et ces déplacés munis de gourdins, machettes et de cailloux. La police a par la suite été acculée à tirer en l’air. Un enfant de l’école secondaire et un autre du primaire ont été blessés respectivement sur la tête et les jambes suite aux tirs en l’air par la police. Deux policiers ont aussi été blessés.

Paralysie des activités

Les écoles plus proches de ce centre de déplacés ont directement été fermées. Les enfants sont allés se joindre aux autres groupes de déplacés. Ils ont barricadé la route Ngozi –Gitega pour faire entendre leurs revendications.

Vers 18 heures la police a tiré en l’air pour chasser ces déplacés de cette localité. Jusqu’à 16 au moins 4 personnes avaient été arrêtées.

Le camp de déplacés de Ruhororo abrite beaucoup de déplacés qui n’entendent pas retourner dans leurs villages d’avant la guerre de 1993. Ils conditionnent le retour dans leurs terres avec la mise en place de la commission vérité et réconciliation. Toujours est-il que les mobiles politiques seraient à la base de ce refus sur le retour dans leurs villages.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

419 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 73 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 13 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 11 %)

Zénon Ndaruvukanye échappe à un attentat, plusieurs armes saisies ,(popularité : 5 %)

Les USA alertent contre les menaces terroristes et attaques criminels au Burundi ,(popularité : 4 %)

Des policiers burundais attendus en Centrafrique ,(popularité : 4 %)

Double assassinat au sein de la FDN : Lt-Col.Darius Ikurakure et Maj. Didier Muhimpundu ,(popularité : 3 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 3 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 3 %)