Les pays arabes et africains en retraite à Bujumbura, sur la culture




Par: Désiré Nimubona , vendredi 29 novembre 2013  à 15 : 04 : 12
a

Les pays membres de l’ASSECAA, réunis à Bujumbura pour deux jours veulent « la création des centres culturels à l’instar des pays occidentaux » pour valoriser des cultures des pays africains et arabes a suggéré le secrétaire général de l’ASSECAA, Abdulwaise Yusuf Ali dans les cérémonies d’ouverture de cette 5ème retraite de l’ASSECAA à Bujumbura.

L’ASSECAA qui dit avoir vu que l’Afrique et le monde arabe ont des valeurs culturelles importantes qu’il faut sauvegarder, souligne que l’Afrique est le monde arabe est un monde vaste de plus de 337 millions d’habitants avec des aspects culturels importants.

L’Association des sénats, Shoora et Conseils Equivalents d’Afrique et du Monde Arabe (ASSECAA), pour une durée de deux jours. Les pays arabes et l’Afrique sont en contacts depuis longtemps, a expliqué le professeur Aloys Misago, enseignant à l’Université du Burundi.

Selon lui, à coté de la recherche des esclaves, bien avant d’ailleurs la colonisation, les arabes avaient déjà noué des relations avec l’Afrique.

Les villes de Mombasa, Mogadiscio et même Dar Es Salam ont été créés par des commerçants arabes.

Lors de ce séjour au Burundi, les délégations seront conduites à l’intérieur du Burundi, dans la province de Muramvya pour contempler la beauté du Burundi.

Samedi, dernier jour de la retraite, un communiqué conjoint sera publié, sanctionnant la fin de cette retraite.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

498 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 16 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 10 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 10 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 9 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 9 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 9 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 9 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)