Ruhororo : Les fonctionnaires désertent le service à cause de la peur




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 4 décembre 2013  à 07 : 29 : 34
a

Certains des déplacés fonctionnaires œuvrant dans les services publics proches du site de Ruhororo ne se rendent plus dans leurs postes d’attaches de peur d’être arrêtés et conduits dans les cachots de cette commune de la province de Ngozi.

La neuvième personne à être arrêtée ce mardi est le préfet des études du lycée communal de Ruhororo. Il est accusé d’avoir eu une part de responsabilité dans les heurts nés entre les déplacés de ce camp et les autorités administratives policières la semaine dernière, selon les sources en provenance de Ruhororo. Dans l’après midi de ce mardi, le tribunal de résidence de Ruhororo a aussi entendu à huis clos trois mineurs sur leurs probables responsabilités dans ces heurts qui eurent dans cette partie du Nord du Burundi.

D’autres personnes avaient répondu aux convocations délivrées par l’autorité du tribunal de résidence de Ruhororo heureusement ils n’ont pas fait objet d’incarcérations.

Une liste d’une vingtaine personnes aurait été élaborée par les jeunes du parti au pouvoir notamment par un certain Rivuzimana Balthazar qui habite plus proche du site de Ruhororo.

Ces déplacés regrettent de constater que certaines sont même arrêtés alors qu’au moment des heurts qui eurent lieux dans ce camp de déplacés ils n’y étaient pas.

Pour ces déplacés, ils sont arrêtés en cascade en violation de la promesse du gouverneur de la province de Ngozi qui avait indiqué que personne ne ferait plus objet d’arrestation.

Dans ce centre des déplacés de Ruhororo, les déplacés refusent de rentrer dans leurs lieux d’avant la guerre sous prétexte que la commission vérité et réconciliation n’a pas encore vu le jour. Mais le pouvoir de Bujumbura en collaboration avec la commission nationale des terres et autres biens ne l’entend pas ainsi. Pour Bujumbura, ces déplacés de Ruhororo doivent plutôt regagner leurs villages à l’instar des autres burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

308 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi





Les plus populaires
Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 11 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 9 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 9 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 8 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 6 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 5 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 5 %)

Isanganiro œuvre pour la promotion du dialogue ,(popularité : 5 %)

Dossier Hassan Ruvakuki : Le pouvoir CNDD-FDD oublie vite ,(popularité : 5 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 5 %)