Ruhororo : Les fonctionnaires désertent le service à cause de la peur




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 4 décembre 2013  à 07 : 29 : 34
a

Certains des déplacés fonctionnaires œuvrant dans les services publics proches du site de Ruhororo ne se rendent plus dans leurs postes d’attaches de peur d’être arrêtés et conduits dans les cachots de cette commune de la province de Ngozi.

La neuvième personne à être arrêtée ce mardi est le préfet des études du lycée communal de Ruhororo. Il est accusé d’avoir eu une part de responsabilité dans les heurts nés entre les déplacés de ce camp et les autorités administratives policières la semaine dernière, selon les sources en provenance de Ruhororo. Dans l’après midi de ce mardi, le tribunal de résidence de Ruhororo a aussi entendu à huis clos trois mineurs sur leurs probables responsabilités dans ces heurts qui eurent dans cette partie du Nord du Burundi.

D’autres personnes avaient répondu aux convocations délivrées par l’autorité du tribunal de résidence de Ruhororo heureusement ils n’ont pas fait objet d’incarcérations.

Une liste d’une vingtaine personnes aurait été élaborée par les jeunes du parti au pouvoir notamment par un certain Rivuzimana Balthazar qui habite plus proche du site de Ruhororo.

Ces déplacés regrettent de constater que certaines sont même arrêtés alors qu’au moment des heurts qui eurent lieux dans ce camp de déplacés ils n’y étaient pas.

Pour ces déplacés, ils sont arrêtés en cascade en violation de la promesse du gouverneur de la province de Ngozi qui avait indiqué que personne ne ferait plus objet d’arrestation.

Dans ce centre des déplacés de Ruhororo, les déplacés refusent de rentrer dans leurs lieux d’avant la guerre sous prétexte que la commission vérité et réconciliation n’a pas encore vu le jour. Mais le pouvoir de Bujumbura en collaboration avec la commission nationale des terres et autres biens ne l’entend pas ainsi. Pour Bujumbura, ces déplacés de Ruhororo doivent plutôt regagner leurs villages à l’instar des autres burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

279 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 26 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 4 %)

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 3 %)

Burundi : Le journaliste Blaise Célestin NDIHOKUBWAYO toujours dans les mains de la documentation,(popularité : 3 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 2 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 2 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 2 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 2 %)