La manifestation prévue au 9 courant est loin d’être une solution




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 4 décembre 2013  à 14 : 40 : 06
a

Les réactions mitigées fusent de partout par rapport à la marche manifestation des membres de l’Alliance Démocratique pour le Changement, ADC Ikibiri en vue de contraindre le pouvoir de Bujumbura à retirer le projet de loi sur la constitution afin qu’il soit débattu par tous les acteurs politique avant adoption et promulgation par le président de la république.

Au cours d’une interview que le porte parole du parti Mouvement pour le Rétablissement de la Citoyenneté, MRC-Rurenzangemero, a accordé à la Radio Isanganiro, le professeur Juvénal Ngorwanubusa a indiqué qu’au sein de ce parti l’appel à manifester dans la rue ne constitue pas du tout une solution. Selon lui, le seul cadre propice est la création d’un cadre d’échange qui devrait voir une participation inclusive des acteurs politiques.

Il a appelé le premier vice président de la république à joindre la parole à l’acte en mettant en place ce cadre comme il l’avait promis lors de l’ouverture de l’atelier à la fin de ce mois sur la préparation des élections de 2015.

Cathérine Mabobori, porte parole du premier vice président de la république du Burundi, a récemment dit que le premier vice président de la république avait été mal compris par les journalistes quand il déclaré la création d’un tel cadre.

Juvénal Ngorwanubusa a été on ne peut plus clair face à cette probable manque de compréhension dont seraient comptable s les journalistes. Pour lui, la parole du chef est une parole d’honneur. "Le premier vice président de la république du Burundi n’a qu’à venir devant le peuple burundais et la communauté internationale pour dire qu’il s’est dédit," a-t-il martelé.

Juvénal Ngorwanubusa a demandé à la communauté internationale et aux amis du Burundi d’inciter le gouvernement à créer un tel cadre.

Selon Joseph Ndayizeye, le président de la ligue Iteka, les lois qui régissent le Burundi accordent aux citoyens le droit de manifester. Cependant, il faudrait faire preuve de retenue pour les uns et les autres. Pour lui, les partis politiques devraient savoir que les manifestations aussi longtemps qu’elles n’auront pas été accordées par le pouvoir de Bujumbura ne seront pas utile pour ces partis politiques de l’opposition.

Ce projet de loi sur la révision de la constitution fait toujours objet de polémique. L’Assemblée nationale avait prévue de donner son point de vue sur celle-ci ce mardi dans l’après midi. A la dernière minute elle vient d’être reportée à une date toujours inconnue.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

779 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)