L’Assemblée Nationale vote un appui de 26 millions de dollars de la Banque Mondiale




Par: Désiré Nimubona , mercredi 11 décembre 2013  à 15 : 47 : 18
a

L’Assemblée Nationale Burundaise a voté, ce mardi, un projet de ratification du septième don d’appui aux reformes économiques d’un montant de 26 millions de dollars accordés au Gouvernement du Burundi, par la Banque Mondiale.

Tabu Adballah Ministre des Finances et de la Planification au Développement (voir la photo) qui défendait le projet devant les députés a souligné que la Banque Mondiale a déjà prêté main forte au Burundi dans des séries de réformes économiques. Depuis 2007, cette banque a déjà donné au moins 165 millions de dollars d’appuis budgétaires dans le cadre des réformes économiques du pays.

Parmi les grandes réalisations liées à ces aides de la banque Mondiale, Tabu Manirakiza a mentionné par exemple la « mise en place de l’Agence de Promotion des Investissements (API), dont les grandes réalisations est le meilleur classement Doing Business depuis 2011 du Burundi (…) ».

L’autre fierté selon le Ministre des Finances Tabu Abdallah Manirakiza, c’est la mise en place de l’Office Burundais des Recettes (OBR) en 2009.
Mais les réalisations de l’OBR ne sont pas saluées à l’unanimité par les députés, dont certains d’ailleurs voient que l’OBR est comme « un Etat dans un autre ».

Selon un des députés dans l’hémicycle de Kigobe, lors des questions, précédant le vote, « les grognes des commerçants suite aux taxes de l’OBR » ne cessent de se faire entendre ce qui explique selon lui que, le climat des affaires n’est qu’une simple utopie.

Certains de députés se sont montrés inquiets par les chevauchements dans la collecte des impôts par l’OBR et les communes.

Selon un autre de ces mêmes députés, le climat des affaires devient incompréhensible chez les commerçants qui doivent payer des taxes chez l’OBR et chez les communes dans lesquelles ils travaillent, causant ainsi une perte dans leur commerce.

Les députés ont déploré aussi « le manque d’impacts mesurables chez les paysans », qui semblent être resté dans leur pauvreté, malgré l’afflux des aides.

« Le dollars continue à monter et avoisine actuellement 1800F. Il est même impossible d’avoir un crédit dans les banques. On peut passer des journées à chercher un dollars sans succès », a déploré lé député Ntidendereza.

La réponse du Ministre a été simple, mais significative. « Aussi longtemps que le Burundi n’exportera pas, il sera difficile d’avoir ces devises ».

Tabu Abdallah a aussi ajouté que ces aides qui contribuent aux soins de santé des moins de 5 ans et des mères enceintes ne peuvent pas avoir assez d’impacts car elles tombent dans un fossé de pauvreté, d’où l’obligation de penser à l’augmentation des exportations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1792 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 9 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 2 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 2 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)