Rendez- vous du 19 au 20 : La Société Civile y sera malgré les non dits




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 17 décembre 2013  à 15 : 44 : 50
a

La société civile burundaise estime que ce serait une aberration de penser qu’en deux jours, les acteurs de la vie politiques du Burundi vont converger autour de 89 articles prévus au cours des débats sur la révision de la constitution prévus entre le 19 et le 20 de ce mois à l’Assemblée Nationale.

Au cours d’une conférence de presse que 519 de la société civile burundaise engagées dans la campagne « Ne touchez pas au consensus d’Arusha » ont organisée ce lundi autour des débats sur la révision de la constitution prévus au courant de la semaine, Vital Nshimirimana, Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, beaucoup de non dits planent autour de la manière dont ces débats auront lieu.

Ces organisations indiquent qu’elles ne savent ni la méthodologie qui sera adoptée par l’Assemblée Nationale, ni les points qui feront objets de débats pendant ces deux jours.

Au regard des inquiétudes des uns et des autres autour des points qui seront abordés pendant ces deux jours, les acteurs politiques ne pouvaient pas toucher sur les articles de nature à mettre en cause les acquis d’Arusha selon ces organisations .

Elles estiment que le préalable devrait être l’évaluation de la mise en place de l’Accord d’Arusha à l’état actuel des choses , mais qu’à cela ne tienne, cette fois ci ces organisations demandent aux acteurs politiques de se limiter uniquement sur les articles de nature à favoriser l’intégration du Burundi dans l’East African Community et la rédaction du code électoral de 2015.

Sans passer par quatre chemins, ces 519 organisations de la société civile s’insurgent en faux contre tout amendement de la constitution ayant pour mission principale de permettre à Pierre Nkurunziza à briguer un 3ème mandat à la tête du pays.

Ils n’entendent pas cautionner aussi la limitation des pouvoirs du sénat et de l’Assemblée Nationale dans le vote des lois, la mainmise de l’exécutif sur la justice, et la votation des lois à majorité absolue.

Même si leurs inquiétudes sont tel, ces organisations de la société civile affirment sans ambages qu’elles participeront dans ces débats sur la révision de la constitution.

Face à un tel dilemme, ces organisations de la société civile plaident pour que les médias aient accès aux débats afin que la population soit au courant des intrigues autour de la révision de la constitution. " La loi fondamentale est une propriété de la population", a-t-il souligné.

L’opposition politique avait menacé de marcher dans la rue en s’inscrivant en faux contre révision de la constitution en catimini par le parti au pouvoir.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

286 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 5 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 5 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Bujumbura : Que devient le prochain round d’Arusha ?,(popularité : 4 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 3 %)

Une journée du combattant qui divise ,(popularité : 3 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 3 %)