Les 19 et 20 décembre 2013 : ‘’Deux jours qui ne rassurent pas les FNL’’, dixit Rwasa




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 18 décembre 2013  à 08 : 07 : 24
a

« Que les burundais comprennent que si le projet de loi portant révision de la constitution est adopté et promulgué comme il est aujourd’hui, on irait droit vers la décadence d’une nation » ce sont les propos du leader historique du parti FNL, Agathon Rwasa, par rapport au contenu du projet de loi sur la révision de la constitution qui fera objet de débat les 19 et 20 courant à l’hémicycle de Kigobe .

Dans une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro ce mardi, Agathon Rwasa a confirmé qu’il prendra part à l’atelier du 19 au 20 de ce mois sur la révision de la constitution à l’Assemblée Nationale avec les autres acteurs politiques burundais.

Selon lui, le pouvoir politique de Bujumbura devrait savoir que, pendant ces deux jours, ils ne vont pas débattre autour de la révision de la constitution parce que cela est impossible mais juste pour s’entendre autour de certains points qui devraient permettre que les élections de 2015 aient lieu mais aussi pour permettre au pays son intégration dans les ensembles sous-régionaux tels que la Communauté Est Africaine.

Agathon Rwasa estime que les propositions du pouvoir de Bujumbura sont contre nature par rapport à cette révision de la constitution. Le FNL s’insurge contre les majorités délibératives qui seront prises en compte lors de la votation des lois aussi bien à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat.

Selon lui, les autorités qui participeront à ces assises doivent savoir qu’au-delà des intérêts de leurs partis politiques respectifs, ils ont pour mission principale de prévoir des lendemains meilleurs pour la population.

« L’assemblée nationale et même le gouvernement devraient se rappeler qu’ils ne sont pas au service d’une quelconque personnalité politique ou d’un parti politique mais plutôt au service des Burundais », a souligné Agathon Rwasa, le leader historique du FNL, avant de leur demander de tirer plutôt les leçons du passé pour édifier l’avenir.

La sortie médiatique d’Agathon Rwasa, le leader du FNL non reconnu par le pouvoir de Bujumbura, arrive au moment où l’opposition politique a déjà indiqué qu’elle n’attend rien de concret qui sortira de cet atelier. L’Alliance Démocratique pour le Changement, ADC- Ikibiri, et la société civile envisagent prendre part à cet atelier, non moins important pour une bonne issue des élections de 2015 , cependant la mort dans l’âme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

711 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 4 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 4 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 4 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 4 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 4 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 4 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 4 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 4 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 4 %)