"Pourtant la loi en faveur des dénonciateurs n’existe pas’’




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 24 décembre 2013  à 07 : 01 : 35
a

« Le ministère public a porté plainte au niveau de la cour suprême sous prétexte que l’infraction dont Frédéric Bamvuginyumvira est présumé innocent pourrait se répercuter sur les dénonciateurs si une fois celui-ci retrouvait sa liberté provisoire », c’est en substance la motivation principale à la base de la réincarcération de l’ancien vice- président de la république du Burundi.

A sa sortie de la chambre de conseil à la cour suprême ce lundi, les avocats de Frédéric Bamvuginyumvira ont déploré l’absence de cette infraction dans le code procédure pénale burundais. Selon Raphaël Horumpende , l’un des quatre avocats , si cela est la raison qui aurait incité le ministère public à s’opposer à la libération provisoire de leur client, tel ne devrait pas du tout être un argument.

Raphaël Horumpende a dit que Frédéric Bamvuginyumvira a été arrêté par des personnes détentrices d’armes et qui se sont servis de leurs pouvoirs en violations de la loi pour les arrêter.

Pour Raphaël Horumpende, il est aberrent d’affirmer que ces personnes aient eu peur du moment qu’elles ont une parcelle de pouvoir dans ce pays.

Le ministère public a aussi porté plainte en réaction contre la caution d’un millions de francs bu qui n’avait pas fait objet de convergence en chambre de conseil au niveau de la cour anti corruption , a encore souligné Raphaël Horumpende au sortir de la séance de ce lundi. Faux, le siège n’a qu’à consulter le procès verbal de la séance de ladite chambre, a rétorqué le même Raphaël Horumpende.

Après cette séance à la cour suprême, l’ancien vice président de la république a été conduit à la prison centrale de Mpimba d’où il était venu.

Lors de son arrestation, Frédéric Bamvuginyumvira avait été présumé coupable de relation sexuelle avec une femme en Mairie de Bujumbura et de tentative de corruption. Pourtant cette femme avec laquelle elle se serait couchée était amie à la famille Bamvuvinyumvira selon du moins les témoignages de l’épouse de Frédéric Bamviginyumvira.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

459 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 22 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 11 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 10 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 10 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 9 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 9 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 9 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 6 %)