Pierre Nkurunziza devrait respecter les Accords d’Arusha et la constitution




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 24 décembre 2013  à 15 : 23 : 58
a

« Les burundais attendent de Pierre Nkurunziza qu’il s’exprime sans ambages s’il compte respecter la constitution en déclarant clairement qu’il ne se fera pas élire à sa propre succession en 2015. Tel est en tous cas, le meilleur message qu’il aura accordé à son pays s’il ose sortir de son silence », ce sont les propos de Vital Nshimirimana, Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, à propos des remous autour de la révision de la constitution.

Dans une conférence organisée par FORSC ce mardi, Vital Nshimirimana a dit que durant les débats sur la révision de la constitution qui ont eu lieu la semaine dernière, les partenaires politiques n’ont pas eu le temps de s’exprimer sur une question pourtant essentielle, à savoir la candidature de Pierre Nkurunziza en 2015 qui fait objet d’intrigues politiques ces derniers jours.

Selon lui, certains partis politiques (dont il n’a pas mentionné les noms) commencent à emprunter des voies labyrinthiques en soutien à une probable candidature de Pierre Nkurunziza à la tête de l’Etat en 2015 pour leurs propres intérêts et surtout en faisant fi de la loi.

Pour les 519 organisations de la société civile engagées dans la campagne « Ne touchez pas au consensus d’Arusha », la seule et unique position de la société civile est le respect du contenu des accords d’Arusha et de la constitution actuelle.

Il a invité les burundais et le président de la république du Burundi lui-même à lire les articles de la loi fondamentale à savoir 7, 8 , 96, 106 et 302 pour constater que ceux qui réclament son départ à la fin de ses deux mandats ont effectivement raison.

Ces organisations de la société civile estiment que le seul et meilleur cadeau que Pierre Nkurunziza devrait donner aux burundais dans ces fêtes de fin d’année est qu’il dise sans ambigüité qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession en 2015 puisque l’aiguille qui compte ses deux mandats arrive au bout d’ici la fin de celui de 2010.

En tournée dans la province de Gitega, Pascal Nyabenda, Président du parti présidentiel, CNDD-FDD, a indiqué très récemment que l’assemblée Nationale et le Sénat seront les derniers à avoir le dernier mot sur la révision de la constitution.

Pour Vital Nshimirimana, le pouvoir actuel et le parti au pouvoir en particulier ont intérêt à se faire honneur en respectant les points qui ont fait objet de convergence entre acteurs politiques au cours des débats qui ont eu lieu au palais de congrès de Kigobe.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1747 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)