‘’La suppression progressive de la bourse est inéluctable’’ dixit Julien Nimubona




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 27 décembre 2013  à 06 : 22 : 01
a

« En 2012, le gouvernement du Burundi a été contraint à un rallonge budgétaire de près de 4 milliards de francs pour payer la bourse des étudiants. Aujourd’hui, l’éducation supérieure tend davantage à devenir démocratique contrairement aux années passées mais les demandes de bourses ne peuvent pas être conséquentes puisque le gouvernement n’en est pas capable » ce sont les propos de Julien Nimubona à propos du projet de loi portant suppression progressive de la bourse pour les étudiants.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Radio Isanganiro, Julien Nimubona , l’ancien ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a donné plus de lumière sur ce projet de loi aujourd’hui sur la table du gouvernement pour lequel le ministère de tutelle ne s’exprime pas pour clarifier jusqu’à présent.

Le professeur, Julien Nimubona a indiqué que le gouvernement n’est pas en mesure de répondre aux attentes actuelles des étudiants pour ce qui est de la bourse au regard de la pauvreté du pays d’une part et des effectifs des étudiants qui fréquentent l’enseignement supérieur d’autre part.

Selon lui , une des solutions pour le pouvoir de Bujumbura est de faire preuve d’innovations pour que l’enfant du pauvre continue à étudier.
Parmi celles-ci, l’ancien ministre estime que les enfants qui ont toujours besoin d’étudier devraient bénéficier des crédits à rembourser après les cursus universitaires. De la part de ce professeur , cette obligation s’accompagne de la responsabilité du gouvernement notamment l’obligation pour lui de chercher de l’emploi pour tous ceux qui auront terminé les formations avec crédits.

Le gouvernement doit continuer la politique de décentralisation de l’éducation supérieure notamment en approchant les institutions universitaires des centres provinciaux car tout le monde n’est pas en mesure de se payer le loyer en ville.

Une autre possibilité pour le gouvernement dans la promotion de l’éducation pour tous malgré la suppression de la bourse est de détecter les étudiants ayant les qualités scientifiques dont le pays à besoin. Ici, Le professeur Julien Nimubona estime que certaines facultés de professionnalisations sont nécessaires. Ainsi, l’informatique, le tourisme et la médecine restent des besoins de natures à contribuer au développement économique du Burundi.

D’expériences, l’ancien ministère a dit que les personnes qui ont de telles qualités intellectuelles peuvent étudier gratuitement et que les infrastructures y relatives seraient aussi érigées gratuitement.

il a invité le Burundi à tirer les leçons des autres pays notamment le Rwanda, le Ghana et autres. Jusqu’à présent, le ministère de tutelle indique que ce projet de loi est en cours d’analyse au gouvernement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2325 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent





Les plus populaires
Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 60 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 32 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 22 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 10 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 6 %)

Un nouveau code des assurances au Burundi,(popularité : 6 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 5 %)