Remous autour de la constitution héritée d’Arusha




Par: , vendredi 27 décembre 2013  à 16 : 52 : 42
a

Les négociations entre les partis politiques membres de l’Assemblée Nationale autour des articles à apporter pour l’amendement de la constitution sont au point mort depuis jeudi soir suite aux divergences de vue entre les membres de la commission politique permanente saisie au fond sur les clauses de l’atelier du 19 au 20 de la semaine dernière au palais des congrès de Kigobe.

Les informations recueillies entre certains parlementaires indiquent que cette commission qui avait été chargée d’étudier les articles à amender dans la constitution ne converge pas parce que les rapports qu’ils utilisent seraient autres que ceux qui avaient fait objet d’entente entre les acteurs politiques qui avaient pris part à cet atelier de la semaine dernière à l’Assemblée Nationale.

Pour le moment le nœud de cette intrigue politique serait la probable candidature de Pierre Nkurunziza en 2015 pour laquelle les acteurs politiques seraient loin de cautionner . Les partis Uprona, le Frodebu Nyakuri et les Parlementaires d’ethnie Batwa divergeraient avec le parti au pouvoir qui soutiendrait la candidature de Pierre Nkurunziza pour les élections de 2015. Jusqu’à présent, l’on ne saurait en dire plus. Mais, une chose est certaine, cette paralysie des activités sur la révision de la constitution dont la commission politique de l’Assemblée Nationale est en charge a déjà ouvert la porte à un débat politique de coulisse.

Dans la soirée de ce jeudi et même dans l’avant midi, même si les activités avaient été boycottées par ces trois partis politiques, les rencontres de coulisse faisaient parler d’eux. L’un des présidents de ces trois partis politiques membres de l’Assemblée Nationale nous avait d’ailleurs dit que pour eux le troisième mandat du président Nkurunziza ne constituait pas leur chevale de bataille.

La commission permanente chargée des questions politiques avait été chargée d’étudier les articles à apporter à la constitution après la rencontre du 19 au 20 au palais de congrès de Kigobe. Elle avait aussi pour mission de faire ce travail sans mettre en cause les acquis de la démocratie de consensus héritée d’Arusha. Les seuls points de convergence que cette commission avait pour mission d’intégrer dans la constitution relevaient uniquement de l’élaboration du code électorale et de la poursuite de l’entrée du Burundi dans la communauté Est Africaine.

Si réellement les conclusions de l’atelier du 19 au 20 seraient sur le point d’être supprimés, la démocratie de consensus sera en danger au Burundi comme l’ont souligné plusieurs organisations notamment la société civile avec à la tête le Forum pour le Renforcement de la Société Civile.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

501 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)

Trois anciens présidents dénoncent l’absence de débat contradictoire pour une démocratie solide,(popularité : 2 %)