Sa famille réclame que justice soit rendue




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 31 décembre 2013  à 15 : 50 : 49
a

« Nous attendons qu’avant la fin de la première moitié de juin 2014, les juges français vont se rendre au Burundi pour poursuivre les enquêtes sur la mort d’Agnès Dury. Cette fois- ci , nous espérons que la sécurité des juges sera garantie afin que la justice soit rendue dans l’avenir », ce sont les propos de Maitre Raphael Gahungu ce mardi à propos de la recherche de la vérité sur les mobiles de la mort de cette humanitaire d’Action contre la Faim tuée le 31 décembre 2007, soit 7 ans jour après jour.

Agnès Dury, un travailleur chez ACF de nationalité française a été tuée en plein centre de la ville de Ruyigi en 2007 quand un véhicule à bord duquel elle était avec d’autres personnes de la même Organisation Non Gouvernementale a été pris pour cible par des personnes jusqu’à présent inconnues.
7 ans après, la vérité sur sa mort reste entachée de zones d’ombres. La famille Dury a même envoyé une correspondance au président de la république française François Hollande dans laquelle elle plaidait pour que la France et le Burundi collaborent pour la vérité et la justice pour Agnès Dury.

Jusqu’à présent, des éléments de la police française sont venus en mission au Burundi en 2007 pour enquêter sur ce dossier mais ils ont failli être la cible des hommes en possession d’armes lorsqu’ils étaient en train d’investiguer sur le lieu même du crime.

Les propos de Maitre Raphael Gahungu sont aigres- doux. Pour lui, même si pendant le temps vient d’écouler la justice n’a rien fait de palpable il espère que le droit sera dit sur ce dossier. Jusqu’ici, seul un monument en mémoire d’Agnès Dury a été érigé au centre de la province de Ruyigi. Un lieu de recueillement certes loin d’empêcher les Dury à se lasser pour la recherche de la justice pour la leur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1818 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 4 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 2 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 2 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 2 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 2 %)