ETS : La ministre dissipe la tension




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 3 janvier 2014  à 12 : 33 : 21
a

La ministre de l’enseignement primaire et secondaire a décidé de revoir la décision de renvoyer définitivement 6 élèves de l’Ecole Technique Secondaire soupçonné d’avoir pris part dans l’empoisonnement d’un élève de cette école.

Au cours d’une visite de travail dans cet établissement ce jeudi , Rose Gahiru était venue calmer la tension qui y fait parler d’elle depuis bientôt plus d’un mois. Dans une correspondance que les enseignants avaient rendue publique au début de la semaine, ils avaient plaidé pour la suppression de la mesure. La réponse du ministre de tutelle est cependant évasive.

Le ministre a accepté que ces élèves retournent en classe excepté celui qui avait dit le premier qu’il allait être tué à l’aide d’un poison. La ministre de l’enseignement primaire a indiqué que cet élève sera sanctionné à cause de ses nombreuses absences en classe conformément au règlement scolaire.

Pour certains des enseignants à cette école, cet élève ne devrait pas du tout subir des sanctions notamment parce qu’il était hospitalisé pendant que les autres subissaient les examens de fin du trimestre.

Rose Gahiru a indiqué que le ministère de la justice va faire des enquêtes pour que la lumière sur ce dossier d’empoisonnement trouve solution dans cette école. Selon elle, les sanctions seront prises après les enquêtes.

Outre ce problème, l’école serait aussi un terrain propice pour les activités du parti au pouvoir selon les témoignages de certains enseignants. Des jeunes imbonerakure au sein de cette école intimideraient d’autres élèves en dehors des heures de cours. Le directeur de cette école Désiré Manangirakamaro réfute toutes ces allégations. Selon lui, toutes ces accusations ne sont que des invectives.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1609 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats





Les plus populaires
Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 23 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 6 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 4 %)

La COSYBU plaide pour une harmonisation salariale juste ,(popularité : 3 %)

Tollé autour d’un probable détournement de plus de 12 millions de Fbu ,(popularité : 3 %)

Village Health Works veut construire un pavillon pour la santé de la mère au Burundi ,(popularité : 3 %)

Lettres de noblesses 2012 à Isanganiro ,(popularité : 3 %)

Le chef a dit, la grève prend de l’ampleur ,(popularité : 3 %)

Eusébie : Même l’orphelinat est fermé,(popularité : 3 %)

Suspension de la grève des enseignants ,(popularité : 3 %)